Eugen Schmidberger, Internationale Transporte und Planzüge v Republik Österreich.

JurisdictionEuropean Union
Celex Number62000CJ0112
ECLIECLI:EU:C:2003:333
Date12 June 2003
CourtCourt of Justice (European Union)
Procedure TypeReference for a preliminary ruling
Docket NumberC-112/00
EUR-Lex - 62000J0112 - FR 62000J0112

Arrêt de la Cour du 12 juin 2003. - Eugen Schmidberger, Internationale Transporte und Planzüge contre Republik Österreich. - Demande de décision préjudicielle: Oberlandesgericht Innsbruck - Autriche. - Libre circulation des marchandises - Entraves résultant d'actes de particuliers - Obligations des États membres - Décision de ne pas interdire un rassemblement à finalité environnementale ayant entraîné le blocage complet de l'autoroute du Brenner pendant près de 30 heures - Justification - Droits fondamentaux - Liberté d'expression et liberté de réunion - Principe de proportionnalité. - Affaire C-112/00.

Recueil de jurisprudence 2003 page I-05659


Sommaire
Parties
Motifs de l'arrêt
Décisions sur les dépenses
Dispositif

Mots clés

1. Libre circulation des marchandises - Entraves résultant d'actes de particuliers - Obligations des États membres - Adoption de mesures pour assurer la libre circulation des marchandises - Portée de l'obligation - Actes affectant les flux d'importation, d'exportation et de simple transit

(Traité CE, art. 5 (devenu art. 10 CE) et art. 30 et 34 (devenus, après modification, art. 28 CE et 29 CE))

2. Libre circulation des marchandises - Entraves à la circulation routière intracommunautaire résultant de la décision d'un État membre de ne pas interdire un rassemblement de manifestants - Justification - Protection des droits fondamentaux des manifestants - Nécessité de mettre en balance les intérêts en présence - Principe de proportionnalité - Pouvoir d'appréciation des autorités nationales - Limites

(Traité CE, art. 5 (devenu art. 10 CE) et art. 30, 34 et 36 (devenus, après modification, art. 28 CE, 29 CE et 30 CE))

Sommaire

1. Eu égard au rôle fondamental dévolu à la libre circulation des marchandises dans le système de la Communauté et, en particulier, pour le bon fonctionnement du marché intérieur, l'obligation incombant à chaque État membre de garantir la libre circulation des produits sur son territoire en prenant les mesures nécessaires et appropriées aux fins d'empêcher toute entrave due à des actes de particuliers s'impose sans qu'il y ait lieu de distinguer selon que de tels actes affectent les flux d'importation ou d'exportation ou bien le simple transit de marchandises.

( voir point 60 )

2. Le fait pour les autorités compétentes d'un État membre de ne pas avoir interdit un rassemblement de manifestants qui a entraîné le blocage complet, pendant une durée déterminée, d'une voie de communication importante entre les États membres n'est pas incompatible avec les articles 30 et 34 du traité (devenus, après modification, articles 28 CE et 29 CE), lus en combinaison avec l'article 5 du traité (devenu article 10 CE), pour autant que cette restriction au commerce intracommunautaire de marchandises peut être justifiée par l'intérêt légitime que constitue la protection des droits fondamentaux, en l'occurrence ceux des manifestants en matière de liberté d'expression et de liberté de réunion, s'imposant tant à la Communauté qu'à ses États membres.

S'agissant de cette justification, il convient de mettre en balance les intérêts en présence, à savoir la libre circulation des marchandises, qui peut, sous certaines conditions, faire l'objet de restrictions pour les raisons énumérées à l'article 36 du traité (devenu, après modification, article 30 CE) ou au titre des exigences impératives d'intérêt général, d'une part, et les libertés d'expression et de réunion, qui sont également susceptibles de faire l'objet de certaines limitations justifiées par des objectifs d'intérêt général, d'autre part, et de déterminer, eu égard à l'ensemble des circonstances de chaque cas d'espèce, si un juste équilibre a été respecté entre ces intérêts.

À cet égard, les autorités nationales disposent certes d'un large pouvoir d'appréciation, mais il y a lieu pour la Cour de vérifier si les restrictions apportées aux échanges intracommunautaires sont proportionnées au regard du but légitime poursuivi, à savoir en l'espèce la protection des droits fondamentaux.

Si une manifestation sur la voie publique entraîne normalement certains inconvénients pour les personnes qui n'y participent pas, en particulier en ce qui concerne la liberté de circulation, ceux-ci peuvent en principe être admis dès lors que le but poursuivi est la manifestation publique et dans les formes légales d'une opinion.

( voir points 64, 69, 74, 78-82, 91, 94 et disp. )

Parties

Dans l'affaire C-112/00,

ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 234 CE, par l'Oberlandesgericht Innsbruck (Autriche) et tendant à obtenir, dans le litige pendant devant cette juridiction entre

Eugen Schmidberger, Internationale Transporte und Planzüge

et

Republik Österreich,

une décision à titre préjudiciel sur l'interprétation des articles 30, 34 et 36 du traité CE (devenus, après modification, articles 28 CE, 29 CE et 30 CE), lus en combinaison avec l'article 5 du traité CE (devenu article 10 CE), ainsi que sur les conditions de responsabilité d'un État membre du fait des dommages causés aux particuliers par les violations du droit communautaire,

LA COUR

composée de M. G. C. Rodríguez Iglesias, président, MM. J.-P. Puissochet, M. Wathelet et R. Schintgen (rapporteur), présidents de chambre, MM. C. Gulmann, D. A. O. Edward, P. Jann et V. Skouris, Mmes F. Macken et N. Colneric, MM. S. von Bahr, J. N. Cunha Rodrigues et A. Rosas, juges,

avocat général: M. F. G. Jacobs,

greffier: M. H. A. Rühl, administrateur principal,

considérant les observations écrites présentées:

- pour Eugen Schmidberger, Internationale Transporte und Planzüge, par Mes K.-H. Plankel, H. Mayrhofer et R. Schneider, Rechtsanwälte,

- pour la Republik Österreich, par M. A. Riccabona, en qualité d'agent,

- pour le gouvernement autrichien, par M. H. Dossi, en qualité d'agent,

- pour le gouvernement hellénique, par Mme N. Dafniou et M. G. Karipsiadis, en qualité d'agents,

- pour le gouvernement italien, par M. U. Leanza, en qualité d'agent, assisté de M. O. Fiumara, vice avvocato generale dello Stato,

- pour le gouvernement néerlandais, par M. M. A. Fierstra, en qualité d'agent,

- pour la Commission des Communautés européennes, par M. J. C. Schieferer, en qualité d'agent,

vu le rapport d'audience,

ayant entendu les observations orales d'Eugen Schmidberger, Internationale Transporte und Planzüge, représentée par Me R. Schneider, de la Republik Österreich, représentée par M. A. Riccabona, du gouvernement autrichien, représenté par M. E. Riedl, en qualité d'agent, du gouvernement hellénique, représenté par Mme N. Dafniou et M. G. Karipsiadis, du gouvernement italien, représenté par M. O. Fiumara, du gouvernement néerlandais, représenté par Mme H. G. Sevenster, en qualité d'agent, du gouvernement finlandais, représenté par Mme T. Pynnä, en qualité d'agent, et de la Commission, représentée par MM. J. C. Schieferer et J. Grunwald, en qualité d'agent, à l'audience du 12 mars 2002,

ayant entendu l'avocat général en ses conclusions à l'audience du 11 juillet 2002,

rend le présent

Arrêt

Motifs de l'arrêt

1 Par ordonnance du 1er février 2000, parvenue à la Cour le 24 mars suivant, l'Oberlandesgericht Innsbruck a posé, en vertu de l'article 234 CE, six questions préjudicielles sur l'interprétation des articles 30, 34 et 36 du traité CE (devenus, après modification, articles 28 CE, 29 CE et 30 CE), lus en combinaison avec l'article 5 du traité CE (devenu article 10 CE), ainsi que sur les conditions de responsabilité d'un État membre du fait des dommages causés aux particuliers par les violations du droit communautaire.

2 Ces questions ont été soulevées dans le cadre d'un litige opposant Eugen Schmidberger, Internationale Transporte und Planzüge (ci-après «Schmidberger») à la Republik Österreich (ci-après la «république d'Autriche») au sujet de l'autorisation implicitement accordée par les autorités compétentes de cette dernière à une association à finalité essentiellement environnementale d'organiser un rassemblement sur l'autoroute du Brenner qui a eu pour effet de bloquer complètement la circulation sur celle-ci pendant près de 30 heures.

Le cadre juridique national

3 L'article 2 du Versammlungsgesetz (loi sur les réunions) de 1953, tel que modifié par la suite (ci-après le «VslgG»), dispose:

«(1) Quiconque souhaite organiser un rassemblement public ou une réunion, quelle qu'elle soit, accessible à tous sans limitation quant aux participants, doit en faire la déclaration par écrit aux autorités compétentes (article 16) au moins 24 heures avant le moment où il est prévu que la réunion ou le rassemblement aura lieu en indiquant son objectif, son lieu et son heure. La déclaration doit parvenir aux autorités compétentes au plus tard 24 heures avant le début du rassemblement projeté.

(2) Les autorités compétentes doivent délivrer immédiatement une attestation s'il en est fait la demande. [...]»

4 Aux termes de l'article 6 du VslgG:

«Les rassemblements dont l'objectif est contraire aux lois pénales ou qui mettent en péril la sécurité publique ou le bien public doivent être interdits par les autorités compétentes.»

5 L'article 16 du VslgG prévoit:

«Aux fins de la présente loi, on entend, en règle générale, par autorité compétente':

a) dans les lieux relevant de leur compétence, les services de la police fédérale;

b) à l'endroit où siège le Landeshauptmann [chef du gouvernement du Land], lorsqu'aucun service de police fédérale ne s'y trouve, la Sicherheitsdirektion [direction supérieure de la police]; [...]

c) dans tout autre lieu, la Bezirksverwaltungsbehörde [autorité administrative de la collectivité territoriale du Bezirk].»

6 L'article 42, paragraphe 1, de la Straßenverkehrsordnung (code de la route) de 1960, telle que modifiée par la suite (ci-après la «StVO»), interdit la circulation routière des poids lourds à remorque les samedis de 15 heures à 24 heures ainsi que les dimanches et les jours...

To continue reading

Request your trial
105 practice notes
  • Ålands vindkraft AB v Energimyndigheten.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 1 July 2014
    ...trade as is a positive act (see, to that effect, Commission v France, C‑265/95, EU:C:1997:595, paragraph 31, and Schmidberger, C‑112/00, EU:C:2003:333, paragraph 75 In the light of all the foregoing, it must be held that legislation such as that at issue in the main proceedings is capable o......
  • Commission of the European Communities v Republic of Austria.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 14 July 2005
    ...point 51, et Commission/Belgique, point 14. 14 – Arrêt du 9 décembre 1997 (C‑265/95, Rec. p. I-6959). 15 – Arrêt du 12 juin 2003 (C‑112/00, Rec. p. I-5659). 16 – Arrêt du 26 juin 2001, Commission/Portugal (C‑70/99, Rec. p. I-4845, point 17). 17 – Voir arrêt du 2 juin 2005, Commission/Grèce ......
  • Idryma Typou AE v Ypourgos Typou kai Meson Mazikis Enimerosis.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 2 June 2010
    ...conclusions. 69 – Voir arrêts, précités à la note 53, Kraus (point 32) et Gebhard (point 37). 70 – Arrêt du 12 juin 2003, Schmidberger (C‑112/00, Rec. p. I‑5659, point 74). 71 – Voir point 56 des présentes conclusions. 72 – Voir, en particulier, arrêts du 18 juin 1991, ERT (C-260/89, Rec. p......
  • Kingdom of Spain v United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 6 April 2006
    ...apartado 37; de 22 de octubre de 2002, Roquette Frères (C‑94/00, Rec. p. I‑9011), apartado 25, y de 12 de junio de 2003, Schmidberger (C‑112/00, Rec. p. I‑5659), apartado 71. 30– Sentencias Schmidberger, antes citada, apartado 74, y Omega, antes citada, apartado 35. 31– Sentencias Schmidber......
  • Request a trial to view additional results
84 cases
  • Romonta GmbH v European Commission.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 26 September 2014
    ...Österreich, point 56 supra, EU:C:2013:28, point 60 et jurisprudence citée ; voir également, en ce sens, arrêt du 12 juin 2003, Schmidberger, C‑112/00, Rec, EU:C:2003:333, points 77 et 78 La requérante fait valoir que la Commission n’a pas correctement apprécié ni mis en balance la protectio......
  • Volker und Markus Schecke GbR (C-92/09) and Hartmut Eifert (C-93/09) v Land Hessen.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 9 November 2010
    ...mais doit être pris en considération par rapport à sa fonction dans la société (voir, en ce sens, arrêt du 12 juin 2003, Schmidberger, C‑112/00, Rec. p. I‑5659, point 80 et jurisprudence citée). 49 L’article 8, paragraphe 2, de la charte autorise ainsi le traitement des données à caractère ......
  • Conclusiones del Abogado General Sr. M. Campos Sánchez-Bordona, presentadas el 18 de diciembre de 2019.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 18 December 2019
    ...EU:C:2001:107, point 37) ; du 22 janvier 2002, Canal Satélite Digital (C‑390/99, EU:C:2002:34, point 35) ; du 12 juin 2003, Schmidberger (C‑112/00, EU:C:2003:333, point 82), et du 13 décembre 2007, United Pan-Europe Communications Belgium e.a. (C‑250/06, EU:C:2007:783, points 44 et 43 La re......
  • Criminal proceedings against Frede Damgaard.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 18 November 2008
    ...et C‑274/99 P, Rec. p. I‑1611); du 13 décembre 2001, Commission/Cwik (C‑340/00 P, Rec. p. I‑10269), et du 12 juin 2003, Schmidberger (C‑112/00, Rec. p. I‑5659). Au point 101 de ses conclusions dans cette dernière affaire Schmidberger, présentées le 11 juillet 2002, l’avocat général Jacobs i......
  • Request a trial to view additional results
22 books & journal articles
  • El reconocimiento mutuo en materia penal y los derechos fundamentales: de la confianza «ciega» a la confianza reservada
    • European Union
    • El reconocimiento mutuo en el derecho Español y Europeo Parte II. Reconocimiento mutuo, asilo y derecho penal
    • 5 May 2018
    ...inhumano. 336 De modo similar, la jurisprudencia sobre restricciones a las libertades comunitarias. Vid. SSTJUE de 12 de junio de 2003, as. C-112/00, Schmidberger , ECLI:EU:C:2003:333, apdo. 76, y de 14 EL RECONOCIMIENTO MUTUO EN MATERIA PENAL... 301 el impacto que tendría la entrega en los......
  • A Disabled Market: Free Movement of Goods and Services in the EU and Disability Accessibility
    • European Union
    • Wiley European Law Journal No. 15-5, September 2009
    • 1 September 2009
    ... ... was the situation in Case C-112/00, Schmidberger v Austria , 119 where a road haulage company ... ...
  • El reconocimiento mutuo y el derecho primario del mercado interior
    • European Union
    • El reconocimiento mutuo en el derecho Español y Europeo Parte I. Reconocimiento mutuo, mercado y administración
    • 5 May 2018
    ...apdo. 14. 38 STJUE de 28 de abril de 1998, as. C-120/95, Decker , ECLI:EU:C:1998:167, apdo. 39. 39 SSTJUE de 12 de junio de 2003, as. C-112/00, Schmidberger , ECLI:EU:C:2003:333, apdo. 82, y de 14 de octubre de 2004, as. C-36/02, Omega , ECLI:EU:C:2004:614, apdo. 35. 40 STJUE de 26 de octub......
  • Derechos fundamentales de la unión y estados miembros: ¿qué significa «aplicar» el derecho de la unión?
    • European Union
    • Derecho Administrativo Europeo en el Tratado de Lisboa La carta ante las administraciones nacionales
    • 2 November 2010
    ...C-85/97 (§ 29); 24 de noviembre de 1998, Asunto C-274/96; 12 de diciembre de 2002, Asunto C-442/00 (§§ 30 y 31); 12 de junio de 2003, Asunto C-112/00 (§ 75); 14 de octubre de 2004, Asunto C-36/02 (§ 33); de 22 de noviembre de 2005, Asunto C-144/04 (§ 75); y de 11 de julio de 2006, Asunto C-......
  • Request a trial to view additional results

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT