María Elena Pérez López v Servicio Madrileño de Salud (Comunidad de Madrid).

JurisdictionEuropean Union
ECLIECLI:EU:C:2016:679
Docket NumberC-16/15
Celex Number62015CJ0016
CourtCourt of Justice (European Union)
Procedure TypeCuestión prejudicial - inadmisible
Date14 September 2016
62015CJ0016

ARRÊT DE LA COUR (dixième chambre)

14 septembre 2016 ( *1 )

«Renvoi préjudiciel — Politique sociale — Directive 1999/70/CE — Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée — Clauses 3 à 5 — Contrats de travail à durée déterminée successifs dans le secteur de la santé publique — Mesures visant à prévenir le recours abusif aux relations de travail à durée déterminée successives — Sanctions — Requalification de la relation de travail — Droit à une indemnité»

Dans l’affaire C‑16/15,

ayant pour objet une demande de décision préjudicielle au titre de l’article 267 TFUE, introduite par le Juzgado de lo Contencioso-Administrativo no 4 de Madrid (tribunal administratif no 4 de Madrid, Espagne), par décision du 16 janvier 2015, parvenue à la Cour le 19 janvier 2015, dans la procédure

María Elena Pérez López

contre

Servicio Madrileño de Salud (Comunidad de Madrid),

LA COUR (dixième chambre),

composée de M. F. Biltgen (rapporteur), président de chambre, M. A. Borg Barthet et Mme M. Berger, juges,

avocat général: M. M. Bobek,

greffier: M. A. Calot Escobar,

vu la procédure écrite,

considérant les observations présentées:

pour Mme Pérez López, par Me L. García Botella, abogado,

pour le gouvernement espagnol, par Mme A. Gavela Llopis, en qualité d’agent,

pour la Commission européenne, par MM. M. van Beek et J. Guillem Carrau, en qualité d’agents,

vu la décision prise, l’avocat général entendu, de juger l’affaire sans conclusions,

rend le présent

Arrêt

1

La demande de décision préjudicielle porte sur l’interprétation des clauses 3 à 5 de l’accord-cadre sur le travail à durée déterminée, conclu le 18 mars 1999 (ci-après l’« accord-cadre »), qui figure en annexe de la directive 1999/70/CE du Conseil, du 28 juin 1999, concernant l’accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée (JO 1999, L 175, p. 43).

2

Cette demande a été présentée dans le cadre d’un litige opposant Mme María Elena Pérez López au Servicio Madrileño de Salud, Comunidad de Madrid (service de santé de Madrid, Espagne) au sujet de la qualification juridique de sa relation de travail ayant pris la forme de nominations successives en qualité de membre du personnel statutaire occasionnel.

Le cadre juridique

Le droit de l’Union

3

Aux termes de l’article 1er de la directive 1999/70, celle-ci vise « à mettre en œuvre l’accord-cadre [...], conclu [...] entre les organisations interprofessionnelles à vocation générale (CES, UNICE, CEEP) ».

4

Les points 6, 7 et 8 des considérations générales de l’accord-cadre sont rédigés comme suit :

« 6.

considérant que les contrats de travail à durée indéterminée sont la forme générale de relations de travail et contribuent à la qualité de vie des travailleurs concernés et à l’amélioration de la performance ;

7.

considérant que l’utilisation des contrats de travail à durée déterminée basée sur des raisons objectives est un moyen de prévenir les abus ;

8.

considérant que les contrats de travail à durée déterminée sont une caractéristique de l’emploi dans certains secteurs, occupations et activités qui peuvent convenir à la fois aux travailleurs et aux employeurs ».

5

Aux termes de la clause 1 de l’accord-cadre, celui-ci a pour objet, d’une part, d’améliorer la qualité du travail à durée déterminée en assurant le respect du principe de non-discrimination et, d’autre part, d’établir un cadre pour prévenir les abus résultant de l’utilisation de contrats ou de relations de travail à durée déterminée successifs.

6

La clause 2 de l’accord-cadre, intitulée « Champ d’application », prévoit, à son point 1 :

« Le présent accord s’applique aux travailleurs à durée déterminée ayant un contrat ou une relation de travail défini par la législation, les conventions collectives ou les pratiques en vigueur dans chaque État membre. »

7

La clause 3 de l’accord-cadre, intitulée « Définitions », dispose :

« Aux termes du présent accord, on entend par :

1.

“travailleur à durée déterminée”, une personne ayant un contrat ou une relation de travail à durée déterminée conclu directement entre l’employeur et le travailleur où la fin du contrat ou de la relation de travail est déterminée par des conditions objectives telles que l’atteinte d’une date précise, l’achèvement d’une tâche déterminée ou la survenance d’un événement déterminé ;

2.

“travailleur à durée indéterminée comparable”, un travailleur ayant un contrat ou une relation de travail à durée indéterminée dans le même établissement, et ayant un travail/emploi identique ou similaire, en tenant compte des qualifications/compétences [...] »

8

La clause 4 de l’accord-cadre, intitulée « Principe de non-discrimination », prévoit, à son point 1 :

« Pour ce qui concerne les conditions d’emploi, les travailleurs à durée déterminée ne sont pas traités d’une manière moins favorable que les travailleurs à durée indéterminée comparables au seul motif qu’ils travaillent à durée déterminée, à moins qu’un traitement différent soit justifié par des raisons objectives. »

9

La clause 5 de l’accord-cadre, intitulée « Mesures visant à prévenir l’utilisation abusive », dispose, à son point 1 :

« Afin de prévenir les abus résultant de l’utilisation de contrats ou de relations de travail à durée déterminée successifs, les États membres, après consultation des partenaires sociaux, conformément à la législation, aux conventions collectives et pratiques nationales, et/ou les partenaires sociaux, quand il n’existe pas des mesures légales équivalentes visant à prévenir les abus, introduisent d’une manière qui tienne compte des besoins de secteurs spécifiques et/ou de catégories de travailleurs, l’une ou plusieurs des mesures suivantes:

a)

des raisons objectives justifiant le renouvellement de tels contrats ou relations de travail;

b)

la durée maximale totale de contrats ou relations de travail à durée déterminée successifs;

c)

le nombre de renouvellements de tels contrats ou relations de travail. »

Le droit espagnol

10

L’article 9 de la Ley 55/2003 del Estatuto Marco del personal estatutario de los servicios de salud (loi 55/2003 relative au statut cadre du personnel statutaire des services de santé), du 16 décembre 2003 (BOE no 301, du 17 décembre 2003, p. 44742, ci-après le « statut-cadre »), prévoit :

« 1. Pour des raisons de nécessité, d’urgence ou pour le développement de programmes de nature temporaire, conjoncturel ou extraordinaire, les services de santé peuvent nommer du personnel statutaire temporaire.

Les nominations de personnel statutaire temporaire peuvent avoir une nature de remplacement, de caractère occasionnel ou de substitution.

2. La nomination de remplacement est utilisée pour pourvoir temporairement un poste vacant auprès des centres ou services de santé, lorsqu’il est nécessaire de s’occuper des fonctions correspondantes.

La cessation des fonctions du personnel statutaire de remplacement survient lors de l’incorporation d’un personnel statutaire fixe, par l’intermédiaire d’une procédure légale ou réglementairement prévue, au poste qui est pourvu, ainsi que lorsque ce poste est supprimé.

3. La nomination de caractère occasionnel est utilisée dans les hypothèses suivantes :

a)

quand cette nomination concerne la prestation de services déterminés de nature temporaire, conjoncturelle ou extraordinaire ;

b)

lorsqu’elle est nécessaire pour garantir le fonctionnement permanent et continu des centres de santé ;

c)

pour la prestation de services complémentaires pour compenser la réduction du temps de travail ordinaire.

La cessation des fonctions du personnel statutaire occasionnel survient à la suite de la réalisation de la cause ou de l’arrivée à échéance du délai expressément déterminé dans la nomination, ainsi que lorsque les fonctions qui l’ont motivée à l’époque sont supprimées.

Si plus de deux nominations surviennent pour la prestation des mêmes services pour une période cumulée de 12 mois ou plus, sur une période de deux ans, il y a lieu d’examiner les causes de ces nominations pour déterminer, le cas échéant, s’il y a lieu de créer un poste structurel dans les équipes du centre.

[...] »

11

Aux termes de l’article 15, paragraphe 3, du texto refundido de la Ley del Estatuto de los Trabajadores, aprobado por el Real Decreto Legislativo 1/1995 (texte refondu du statut des travailleurs, résultant du décret législatif royal 1/1995), du 24 mars 1995 (BOE no 75, du 29 mars 1995, p. 9654), dans sa version applicable à la date des faits au principal (ci-après le « statut des travailleurs »), « les contrats temporaires conclus en violation de la loi sont présumés conclus pour une durée indéterminée ».

12

Conformément à l’article 3 du Real Decreto 2720/1998 por el que se desarrolla el artículo 15 del Estatuto de los Trabajadores en materia de contratos de duración determinada (décret royal 2720/1998, portant exécution de l’article 15 du statut des travailleurs en matière de contrats à durée déterminée), du 18 décembre 1998 (BOE no 7, du 8 janvier 1999, p. 568), le contrat de travail occasionnel, compris dans le groupe des contrats à durée déterminée, est conçu pour répondre à un besoin conjoncturel.

13

L’article 49, paragraphe 1, sous c), du statut des travailleurs prévoit que, lorsque le contrat de travail prend fin, excepté dans les cas de contrats de interinidad et de contrats de formation, le travailleur a le droit de percevoir une indemnité...

To continue reading

Request your trial
13 practice notes
  • Hubertus John v Freie Hansestadt Bremen.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 28 February 2018
    ...number of protective provisions designed to prevent the status of employees from being insecure (judgment of 14 September 2016, Pérez López, C‑16/15, EU:C:2016:679, paragraph 26 and the case-law 41 Thus, the benefit of stable employment is viewed as a major element in the protection of work......
  • Sánchez Ruiz y otros
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 October 2019
    ...al rinvio pregiudiziale del Juzgado Contencioso‑Administrativo de Madrid n° 4 (Tribunale amministrativo n. 4 di Madrid, Spagna) nella causa C‑16/15 (2). 2. Il ricorso diffuso evidentemente persistente a rapporti di lavoro a tempo determinato al fine di sopperire ad esigenze di personale nel......
  • Conclusions de l'avocat général M. J. Richard de la Tour, présentées le 17 mai 2023.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 May 2023
    ...et C‑418/13, EU:C:2014:2401, point 120, dans un cas de renouvellement illimité de CDD (point 84)] ; du 14 septembre 2016, Pérez López [C‑16/15, EU:C:2016:679, cas de déficit structurel de postes de personnel titulaire dans le secteur d’activité en cause (point 55)], et du 19 mars 2020, Sánc......
  • Minoo Schuch-Ghannadan contra Medizinische Universität Wien.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 27 June 2019
    ...comme « successifs » et sont réputés « conclus pour une durée indéterminée ». 22 Voir, notamment, arrêt du 14 septembre 2016, Pérez López (C‑16/15, EU:C:2016:679, point 26 et jurisprudence 23 Ainsi qu’il ressort des articles 6 et 8 des considérations générales de l’accord-cadre sur le trava......
  • Request a trial to view additional results
10 cases
  • Hubertus John v Freie Hansestadt Bremen.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 28 February 2018
    ...number of protective provisions designed to prevent the status of employees from being insecure (judgment of 14 September 2016, Pérez López, C‑16/15, EU:C:2016:679, paragraph 26 and the case-law 41 Thus, the benefit of stable employment is viewed as a major element in the protection of work......
  • Sánchez Ruiz y otros
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 October 2019
    ...al rinvio pregiudiziale del Juzgado Contencioso‑Administrativo de Madrid n° 4 (Tribunale amministrativo n. 4 di Madrid, Spagna) nella causa C‑16/15 (2). 2. Il ricorso diffuso evidentemente persistente a rapporti di lavoro a tempo determinato al fine di sopperire ad esigenze di personale nel......
  • Conclusions de l'avocat général M. J. Richard de la Tour, présentées le 17 mai 2023.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 May 2023
    ...et C‑418/13, EU:C:2014:2401, point 120, dans un cas de renouvellement illimité de CDD (point 84)] ; du 14 septembre 2016, Pérez López [C‑16/15, EU:C:2016:679, cas de déficit structurel de postes de personnel titulaire dans le secteur d’activité en cause (point 55)], et du 19 mars 2020, Sánc......
  • Almudena Baldonedo Martín v Ayuntamiento de Madrid.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 22 January 2020
    ...clause. Similarly, the referring court considers that it follows from paragraphs 63 to 67 of the judgment of 14 September 2016, Pérez López (C‑16/15, EU:C:2016:679), that the comparison between, on the one hand, fixed-term interim civil servants and, on the other, fixed-term contract staff,......
  • Request a trial to view additional results

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT