Davidoff & Cie SA and Zino Davidoff SA v Gofkid Ltd.

JurisdictionEuropean Union
CourtCourt of Justice (European Union)
Writing for the CourtGulmann
ECLIECLI:EU:C:2003:9
Docket NumberC-292/00
Celex Number62000CJ0292
Procedure TypeReference for a preliminary ruling
EUR-Lex - 62000J0292 - FR 62000J0292

Arrêt de la Cour (sixième chambre) du 9 janvier 2003. - Davidoff & Cie SA et Zino Davidoff SA contre Gofkid Ltd. - Demande de décision préjudicielle: Bundesgerichtshof - Allemagne. - Directive 89/104/CEE - Articles 4, paragraphe 4, sous a), et 5, paragraphe 2 - Marques renommées - Protection contre l'usage d'un signe pour des produits ou des services identiques ou similaires. - Affaire C-292/00.

Recueil de jurisprudence 2003 page I-00389


Sommaire
Parties
Motifs de l'arrêt
Décisions sur les dépenses
Dispositif

Mots clés

Rapprochement des législations - Marques - Directive 89/104 - Marque renommée - Protection élargie à des produits ou à des services non similaires (articles 4, paragraphe 4, sous a), et 5, paragraphe 2, de la directive) - Faculté pour les États membres de prévoir cette protection également en cas d'usage d'un signe pour des produits ou des services identiques ou similaires

irective du Conseil 89/104, art. 4, § 1, b), et 4, a), et 5, § 1 et 2)

Sommaire

$$Les articles 4, paragraphe 4, sous a), et 5, paragraphe 2, de la première directive 89/104 sur les marques, qui permettent aux États membres de prévoir une protection spécifique au profit d'une marque enregistrée qui jouit d'une renommée lorsque la marque ou le signe postérieur, identique ou similaire à cette marque enregistrée, est destiné à être utilisé ou est utilisé pour des produits ou des services qui ne sont pas similaires à ceux pour lesquels la marque est enregistrée, doivent être interprétés en ce sens qu'ils laissent aux États membres le pouvoir de prévoir une telle protection également lorsque la marque ou le signe postérieur est destiné à être utilisé ou est utilisé pour des produits ou des services identiques ou similaires à ceux couverts par la marque.

En effet, il ne saurait être donné de ces dispositions une interprétation qui aurait pour conséquence une protection des marques renommées moindre en cas d'usage d'un signe pour des produits ou des services identiques ou similaires qu'en cas d'usage d'un signe pour des produits ou des services non similaires.

( voir points 25, 30 et disp. )

Parties

Dans l'affaire C-292/00,

ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 234 CE, par le Bundesgerichtshof (Allemagne) et tendant à obtenir, dans le litige pendant devant cette juridiction entre

Davidoff & Cie SA,

Zino Davidoff SA

et

Gofkid Ltd,

une décision à titre préjudiciel sur l'interprétation des articles 4, paragraphe 4, sous a), et 5, paragraphe 2, de la première directive 89/104/CEE du Conseil, du 21 décembre 1988, rapprochant les législations des États membres sur les marques (JO 1989, L 40, p. 1),

LA COUR (sixième chambre),

composée de M. J.-P. Puissochet, président de chambre, MM. C. Gulmann (rapporteur) et V. Skouris, Mmes F. Macken et N. Colneric, juges,

avocat général: M. F. G. Jacobs,

greffier: M. H. A. Rühl, administrateur principal,

considérant les observations écrites présentées:

- pour Davidoff & Cie SA et Zino Davidoff SA, par Me J. Frisinger, Rechtsanwalt,

- pour Gofkid Ltd, par Me M. Wirtz, Rechtsanwalt,

- pour le gouvernement portugais, par M. L. Inez Fernandes et Mme I. Vieira Lopes, en qualité d'agents,

- pour la Commission des Communautés européennes, par Mme K. Banks, en qualité d'agent, assistée de Me W. Berg, Rechtsanwalt,

vu le rapport d'audience,

ayant entendu les observations orales de Davidoff & Cie SA et de Zino Davidoff SA, représentées par Me J. Frisinger, de Gofkid Ltd, représentée par Me M. Wirtz, du gouvernement du Royaume-Uni, représenté par M. J. E. Collins, en qualité d'agent, assisté de M. M. Tappin, barrister, et de la Commission, représentée par Me W. Berg, à l'audience du 13 décembre 2001,

ayant entendu l'avocat général en ses conclusions à l'audience du 21 mars 2002,

rend le présent

Arrêt

Motifs de l'arrêt

1 Par ordonnance du 27 avril 2000, parvenue à la Cour le 31 juillet suivant, le Bundesgerichtshof a posé, en application de l'article 234 CE, deux questions préjudicielles sur l'interprétation des articles 4, paragraphe 4, sous a), et 5, paragraphe 2, de la première directive 89/104/CEE du Conseil, du 21 décembre 1988, rapprochant les législations des États membres sur les marques (JO 1989, L 40, p. 1, ci_après la «directive»).

2 Ces questions ont été soulevées dans le cadre d'un litige opposant Davidoff & Cie SA et Zino Davidoff SA (ci-après, ensemble, «Davidoff»), sociétés établies en Suisse qui distribuent des articles de luxe sous la marque Davidoff, à Gofkid Ltd (ci-après «Gofkid»), société établie à Hong Kong, à propos de l'utilisation par celle-ci, en Allemagne, de la marque Durffee.

Le cadre juridique

3 La directive énonce en ses neuvième et dixième considérants:

«[...] il est fondamental, pour faciliter la libre circulation des produits et la libre prestation des services, de faire en sorte que les marques enregistrées jouissent désormais de la même protection dans la législation de tous les États membres; [...] cela, cependant, n'enlève pas aux États membres la faculté d'accorder une protection plus large aux marques ayant acquis une renommée;

[...] la protection conférée par la marque enregistrée, dont le...

To continue reading

Request your trial
8 practice notes
  • Conclusiones del Abogado General Sr. G. Pitruzzella, presentadas el 18 de septiembre de 2019.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 18 September 2019
    ...di Parigi) sono anteriori alla sentenza Länsförsäkringar. 33 V. in tal senso, altresì, sentenze del 9 gennaio 2003, Davidoff (C‑292/00, EU:C:2003:9, punto 28), e del 12 giugno 2008, O2 Holdings e O2 (UK) (C‑533/06, EU:C:2008:339, punto 34 In proposito, rilevo che dal fascicolo del procedime......
  • SIGLA SA v Office for Harmonisation in the Internal Market (Trade Marks and Designs) (OHIM).
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 22 March 2007
    ...a mark with a reputation must enjoy protection which is at least as extensive as where a sign is used for non-similar goods or services (Case C-292/00 Davidoff [2003] ECR I-389, paragraphs 24 to 26, and Case C-408/01 Adidas-Salomon and Adidas Benelux [2003] ECR I-12537, paragraphs 19 to 22)......
  • Praktiker Bau- und Heimwerkermärkte AG.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 13 January 2005
    ...63. 45 – See the judgment in Case C-425/98 Marca Mode [2000] ECR I-4861, paragraphs 33 and 34. See also, to that effect, the judgments in Case C-292/00 Davidoff [2003] ECR I-389, paragraph 28, and Case C-291/00 LTJ Diffusion [2003] ECR I-2799, paragraphs 48 and 49. 46 – The President of OHI......
  • Mülhens GmbH & Co. KG v Office for Harmonisation in the Internal Market (Trade Marks and Designs) (OHIM).
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 11 July 2007
    ...of the argument that Article 8(5) of Regulation No 40/94 may be interpreted broadly and contrary to its wording, the applicant refers to Case C-292/00 Davidoff [2003] ECR I-389, paragraph 24, in which the Court of Justice interpreted Article 5(2) of First Council Directive 89/104/EEC of 21 ......
  • Request a trial to view additional results
1 cases
  • Conclusiones del Abogado General Sr. G. Pitruzzella, presentadas el 18 de septiembre de 2019.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 18 September 2019
    ...anteriores a la sentencia Länsförsäkringar. 33 En este sentido, véanse asimismo las sentencias de 9 de enero de 2003, Davidoff (C‑292/00, EU:C:2003:9), apartado 28, y de 12 de junio de 2008, O2 Holdings y O2 (UK) (C‑533/06, EU:C:2008:339), apartado 34 A este respecto, procede observar que, ......

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT