República Federal de Alemania contra Consejo de la Unión Europea.

JurisdictionEuropean Union
ECLIECLI:EU:C:1994:367
Date05 October 1994
Docket NumberC-280/93
Celex Number61993CJ0280
Procedure TypeRecurso de anulación - infundado
CourtCourt of Justice (European Union)
EUR-Lex - 61993J0280 - FR 61993J0280

Arrêt de la Cour du 5 octobre 1994. - République fédérale d'Allemagne contre Conseil de l'Union européenne. - Bananes - Organisation commune des marchés - Régime d'importation. - Affaire C-280/93.

Recueil de jurisprudence 1994 page I-04973
édition spéciale suédoise page I-00171
édition spéciale finnoise page I-00173


Sommaire
Parties
Motifs de l'arrêt
Décisions sur les dépenses
Dispositif

Mots clés

++++

1. Actes des institutions ° Procédure d' élaboration ° Adoption d' un règlement par le Conseil sur proposition de la Commission ° Proposition modifiée conformément à un compromis politique accepté par le commissaire compétent au nom de la Commission et entériné par celle-ci ° Proposition modifiée ne revêtant pas une forme écrite ° Absence d' incidence

(Traité CEE, art. 149, § 3)

2. Actes des institutions ° Motivation ° Obligation ° Portée ° Actes du Conseil nécessitant une proposition de la Commission

(Traité CEE, art. 190)

3. Actes des institutions ° Procédure d' élaboration ° Consultation du Parlement ° Reconsultation en cas de modification substantielle apportée à la proposition initiale

4. Agriculture ° Politique agricole commune ° Objectifs ° Conciliation ° Pouvoir d' appréciation des institutions ° Garantie d' un revenu équitable pour les producteurs ° Accroissement de la productivité ° Stabilisation du marché ° Sécurité des approvisionnements ° Prix raisonnables pour les consommateurs ° Règlement portant organisation commune des marchés dans le secteur de la banane ° Légalité

(Traité CEE, art. 39 à 43; règlement du Conseil n 404/93)

5. Agriculture ° Politique agricole commune ° Réglementation en matière de production et de commercialisation des produits agricoles visant à la réalisation des objectifs visés à l' article 39 du traité ° Base juridique ° Article 43 du traité ° Poursuite simultanée d' autres objectifs ° Absence d' incidence

(Traité CEE, art. 39 et 43; Quatrième Convention ACP-CEE de Lomé du 15 décembre 1989)

6. Agriculture ° Politique agricole commune ° Primauté par rapport aux objectifs du traité dans le domaine de la concurrence ° Pouvoir d' appréciation du Conseil quant à l' application des règles de concurrence

(Traité CEE, art. 42, alinéa 1)

7. Agriculture ° Organisation commune des marchés ° Banane ° Régime des importations ° Contingent tarifaire ° Instauration et répartition ° Discrimination ° Absence ° Droit de propriété ° Droits acquis ° Libre exercice des activités professionnelles ° Principe de proportionnalité ° Violation ° Absence

(Règlement du Conseil n 404/93)

8. Accords internationaux ° Quatrième convention ACP-CEE de Lomé ° Dispositions relatives à la coopération commerciale ° Régime général des échanges ° Perception d' un droit sur les importations de bananes non traditionnelles ACP dépassant un certain tonnage ° Légalité

(Quatrième convention ACP-CEE de Lomé du 15 décembre 1989, art. 168 et protocole n 5; règlement du Conseil n 404/93)

9. Recours en annulation ° Moyens ° Impossibilité d' invoquer les règles du GATT pour contester la légalité d' un acte communautaire ° Exceptions ° Acte communautaire visant à en assurer l' exécution en s' y référant expressément et précisément

(Traité CEE, art. 173, alinéa 1; accord général sur les tarifs douaniers et le commerce)

10. Association des pays et territoires d' outre-mer ° Convention d' application prévue à l' article 136 du traité ° Protocole concernant le contingent tarifaire pour les importations de bananes ° Suppression ne nécessitant pas le respect des règles de révision du traité

(Traité CEE, art. 43, § 2, 136 et 236; protocole concernant le contingent tarifaire pour les importations de bananes, point 4, alinéa 3)

Sommaire

1. Dans la procédure d' adoption d' un règlement par le Conseil, le fait que la proposition de la Commission, modifiée conformément à un compromis politique, accepté par le commissaire compétent au nom de la Commission lors d' une session du Conseil et entériné par le collège des commissaires, n' ait pas revêtu une forme écrite ne porte pas à conséquence.

En effet, l' article 149, paragraphe 3, du traité prévoit que, tant que le Conseil n' a pas statué, la Commission peut modifier sa proposition tout au long des procédures mentionnées aux paragraphes 1 et 2, sans exiger que ces propositions modifiées prennent nécessairement une forme écrite. De telles propositions modifiées qui font partie du processus législatif communautaire, lequel se caractérise par une certaine souplesse, nécessaire pour atteindre une convergence de vues entre les institutions, se distinguent fondamentalement des actes que la Commission adopte et qui concernent directement les particuliers, de sorte qu' on ne saurait exiger pour leur adoption le respect strict des formalités prescrites pour l' adoption des actes concernant directement les particuliers.

2. Si l' article 190 du traité oblige le Conseil à faire référence à la proposition de la Commission dans les actes qu' il ne peut prendre que sur proposition de cette dernière, il n' impose pas de viser la modification que cette proposition a pu subir par la suite. Il n' en irait autrement que si la Commission avait retiré sa proposition et l' avait remplacée par une proposition nouvelle.

3. Lorsqu' elle est prévue, la consultation du Parlement européen implique qu' une nouvelle consultation intervienne chaque fois que le texte finalement adopté, considéré dans son ensemble, s' écarte dans sa substance même de celui sur lequel le Parlement a déjà été consulté, à l' exception des cas où les amendements correspondent, pour l' essentiel, au souhait exprimé par le Parlement lui-même.

4. Dans la poursuite des objectifs de la politique agricole commune, les institutions communautaires doivent assurer la conciliation permanente que peuvent exiger d' éventuelles contradictions entre ces objectifs considérés séparément et, le cas échéant, accorder à tel ou tel d' entre eux la prééminence temporaire qu' imposent les faits ou circonstances économiques au vu desquels elles arrêtent leurs décisions.

C' est ainsi que le législateur communautaire, qui dispose en matière de politique agricole commune d' un large pouvoir d' appréciation, correspondant aux responsabilités politiques que lui attribuent les articles 40 et 43 du traité, a pu, sans contrevenir à l' article 39 du traité, mettre en place, dans le secteur de la banane, une organisation commune des marchés, qui vise à assurer le revenu des populations agricoles concernées, en garantissant le niveau de la production communautaire existante et en prévoyant certains mécanismes aptes à en accroître la productivité, à stabiliser le marché, par la garantie d' une production communautaire et par la régulation des importations, et à assurer, par ces mêmes mécanismes, complétés par une possibilité d' augmenter le contingent d' importation, la sécurité des approvisionnements.

Une violation de l' article 39 ne saurait résulter du fait que, dans certains États membres, la mise en place de l' organisation commune a pu provoquer une hausse des prix. D' une part, en effet, la substitution à des régimes nationaux caractérisés par d' importants écarts de prix d' une organisation commune se traduit inéluctablement par des ajustements des prix dans toute la Communauté, d' autre part, l' objectif de prix raisonnables pour le consommateur doit s' entendre au niveau de l' ensemble du marché commun, enfin, prééminence peut être donnée temporairement à d' autres objectifs par le législateur communautaire.

5. Le fait que le règlement n 404/93, portant organisation commune des marchés dans le secteur de la banane, poursuive à la fois des objectifs de politique agricole et une politique de développement en faveur des États ACP n' exclut aucunement qu' il puisse se fonder sur le seul article 43 du traité.

D' une part, en effet, l' article 43 du traité constitue la base juridique appropriée pour toute réglementation en matière de production et de commercialisation des produits agricoles énumérés à l' annexe II du traité qui contribue à la réalisation d' un ou de plusieurs objectifs de la politique agricole commune énoncés à l' article 39 du traité, et ce même si sont simultanément poursuivis d' autres objectifs.

D' autre part, la création d' une organisation commune des marchés exige, à côté de la réglementation de la production communautaire, l' instauration d' un régime d' importation en vue d' assurer la stabilisation des marchés et l' écoulement de la production communautaire si, comme dans le cas de la banane, l' aspect interne et l' aspect externe de la politique commune sont indissociables, étant entendu qu' en faisant usage de leur pouvoir réglementaire, les institutions ne sauraient faire abstraction des engagements internationaux pris par la Communauté en vertu de la Convention de Lomé.

6. L' article 42, premier alinéa, du traité reconnaît tout à la fois la primauté de la politique agricole par rapport aux objectifs du traité dans le domaine de la concurrence et le pouvoir du Conseil de décider dans quelle mesure les règles de concurrence trouvent à s' appliquer dans le secteur agricole.

7. Le régime des échanges avec les pays tiers de l' organisation commune des marchés dans le secteur de la banane mis en place par le règlement n 404/93, et en particulier le contingent tarifaire prévu pour les importations et sa répartition, n' est pas constitutif d' une violation des droits fondamentaux et des principes généraux du droit.

S' agissant, en effet, de l' interdiction de discrimination, il est vrai que deux catégories différentes d' opérateurs, ceux, d' une part, qui précédemment opéraient sur des marchés nationaux ouverts et pouvaient s' approvisionner librement en bananes pays tiers, et ceux, d' autre part, qui opéraient sur des marchés nationaux protégés et y étaient assurés de pouvoir écouler, malgré leur prix plus élevé...

To continue reading

Request your trial
128 practice notes
114 cases
  • Comafrica SpA y Dole Fresh Fruit Europa Ltd & Co. contra Comisión de las Comunidades Europeas.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • December 11, 1996
    ...situations in which the operators found themselves and was inherent in the objective of integrating the hitherto partitioned markets (Case C-280/93 Germany v Council, cited above, paragraphs 70 to 74). 80 Furthermore, the evidence adduced to the Court by the applicants has not established a......
  • República Portuguesa contra Consejo de la Unión Europea.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • November 23, 1999
    ...according to case-law it is entitled to rely on those rules and fundamental principles before the Court. 27 Although the Court held in Case C-280/93 Germany v Council [1994] ECR I-4973, paragraphs 103 to 112, that the GATT rules do not have direct effect and that individuals cannot rely on ......
  • Giuseppe Busolin and Others v Ispettorato Centrale Repressione Frodi - Ufficio di Conegliano - Ministero delle Risorse agricole, alimentari e forestali.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • June 22, 2000
    ...la note 37, point 24); du 5 octobre 1994, Crispoltoni e.a. (C-133/93, C-300/93 et C-362/93, Rec. p. I-4863, point 32), et Allemagne/Conseil (C-280/93, Rec. p. I-4973, point 47). (56) - C'est-à-dire de ne pas utiliser un pourcentage qui refléterait le rapport entre la production d'une région......
  • SAM Schiffahrt GmbH and Heinz Stapf v Bundesrepublik Deutschland.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • February 27, 1997
    ...du 30 avril 1996 sous l'arrêt du 30 juillet 1996, Bosphorus (C-84/95, Rec. p. I-3953). (40) - Arrêt du 5 octobre 1994, Allemagne/Conseil (C-280/93, Rec. p. I-4973, point 78; arrêt Bosphorus, précité, note 39, point 21). @import url(./../../../../css/generic.css); EUR-Lex - 61995C0248 - ES A......
  • Request a trial to view additional results
9 books & journal articles

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT