Ministerio de Defensa contra Ana de Diego Porras.

JurisdictionEuropean Union
CourtCourt of Justice (European Union)
Writing for the CourtArabadjiev
ECLIECLI:EU:C:2018:936
Procedure TypeReference for a preliminary ruling
Celex Number62017CJ0619
Date21 November 2018
Docket NumberC-619/17
62017CJ0619

ARRÊT DE LA COUR (sixième chambre)

21 novembre 2018 ( *1 )

« Renvoi préjudiciel – Politique sociale – Directive 1999/70/CE – Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée – Clause 4 – Principe de non-discrimination – Justification – Clause 5 – Mesures visant à prévenir les abus résultant de l’utilisation de contrats ou de relations de travail à durée déterminée successifs – Indemnité en cas de résiliation d’un contrat de travail à durée indéterminée pour un motif objectif – Absence d’indemnité à l’échéance d’un contrat de travail à durée déterminée d’interinidad »

Dans l’affaire C‑619/17,

ayant pour objet une demande de décision préjudicielle au titre de l’article 267 TFUE, introduite par le Tribunal Supremo (Cour suprême, Espagne), par décision du 25 octobre 2017, parvenue à la Cour le 3 novembre 2017, dans la procédure

Ministerio de Defensa

contre

Ana de Diego Porras,

LA COUR (sixième chambre),

composée de M. J.-C. Bonichot, président de la première chambre, faisant fonction de président de la sixième chambre, MM. A. Arabadjiev (rapporteur) et C. G. Fernlund, juges,

avocat général : Mme J. Kokott,

greffier : M. A. Calot Escobar,

vu la procédure écrite,

considérant les observations présentées :

pour le gouvernement espagnol, par M. A. Rubio González et Mme A. Gavela Llopis, en qualité d’agents,

pour la Commission européenne, par MM. M. van Beek et N. Ruiz García, en qualité d’agents,

vu la décision prise, l’avocat général entendu, de juger l’affaire sans conclusions,

rend le présent

Arrêt

1

La demande de décision préjudicielle porte sur l’interprétation des clauses 4 et 5 de l’accord-cadre sur le travail à durée déterminée, conclu le 18 mars 1999 (ci-après l’« accord-cadre »), qui figure à l’annexe de la directive 1999/70/CE du Conseil, du 28 juin 1999, concernant l’accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée (JO 1999, L 175, p. 43).

2

Cette demande a été présentée dans le cadre d’un litige opposant le Ministerio de Defensa (ministère de la Défense, Espagne) à Mme Ana de Diego Porras au sujet de la qualification de la relation de travail liant les parties et du versement d’une indemnité à la suite de la résiliation de cette relation.

Le cadre juridique

Le droit de l’Union

3

Le considérant 14 de la directive 1999/70 énonce :

« [L]es parties signataires ont souhaité conclure un accord-cadre sur le travail à durée déterminée énonçant les principes généraux et prescriptions minimales relatifs aux contrats et aux relations de travail à durée déterminée ; elles ont manifesté leur volonté d’améliorer la qualité du travail à durée déterminée en garantissant l’application du principe de non-discrimination et d’établir un cadre pour prévenir les abus découlant de l’utilisation de relations de travail ou de contrats à durée déterminée successifs ».

4

Aux termes de l’article 1er de la directive 1999/70, celle-ci vise « à mettre en œuvre l’[accord-cadre], conclu [...] entre les organisations interprofessionnelles à vocation générale (CES, UNICE, CEEP) ».

5

L’article 2, premier alinéa, de cette directive prévoit :

« Les États membres mettent en vigueur les dispositions législatives réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à la présente directive [et doivent] prendre toute disposition nécessaire leur permettant d’être à tout moment en mesure de garantir les résultats imposés par la présente directive. [...] »

6

Le deuxième alinéa du préambule de l’accord-cadre est libellé comme suit :

« Les parties au présent accord reconnaissent que les contrats à durée indéterminée sont et resteront la forme générale de relations d’emploi entre employeurs et travailleurs. Elles reconnaissent également que les contrats de travail à durée déterminée répondent, dans certaines circonstances, à la fois aux besoins des employeurs et à ceux des travailleurs. »

7

Le troisième alinéa de ce préambule précise :

« [L’accord-cadre] énonce les principes généraux et prescriptions minimales relatifs au travail à durée déterminée, reconnaissant que leur application détaillée doit prendre en compte les réalités des situations spécifiques nationales, sectorielles, et saisonnières. Il illustre la volonté des partenaires sociaux d’établir un cadre général pour assurer l’égalité de traitement pour les travailleurs à durée déterminée en les protégeant contre la discrimination et pour l’utilisation de contrats de travail à durée déterminée sur une base acceptable pour les employeurs et les travailleurs. »

8

Selon la clause 1 de l’accord-cadre, celui-ci a pour objet, d’une part, d’améliorer la qualité du travail à durée déterminée en assurant le respect du principe de non-discrimination et, d’autre part, d’établir un cadre pour prévenir les abus résultant de l’utilisation de contrats ou de relations de travail à durée déterminée successifs.

9

La clause 3 de l’accord-cadre, intitulée « Définitions », dispose :

« Aux termes du présent accord, on entend par :

1.

“travailleur à durée déterminée”, une personne ayant un contrat ou une relation de travail à durée déterminée conclu directement entre l’employeur et le travailleur où la fin du contrat ou de la relation de travail est déterminée par des conditions objectives telles que l’atteinte d’une date précise, l’achèvement d’une tâche déterminée ou la survenance d’un événement déterminé ;

2.

“travailleur à durée indéterminée comparable”, un travailleur ayant un contrat ou une relation de travail à durée indéterminée dans le même établissement, et ayant un travail/emploi identique ou similaire, en tenant compte des qualifications/compétences [...] »

10

La clause 4 de l’accord-cadre, intitulée « Principe de non-discrimination », prévoit, à son point 1 :

« Pour ce qui concerne les conditions d’emploi, les travailleurs à durée déterminée ne sont pas traités d’une manière moins favorable que les travailleurs à durée indéterminée comparables au seul motif qu’ils travaillent à durée déterminée, à moins qu’un traitement différent ne soit justifié par des raisons objectives. »

11

La clause 5 de l’accord-cadre, intitulée « Mesures visant à prévenir l’utilisation abusive », énonce :

« 1.

Afin de prévenir les abus résultant de l’utilisation de contrats ou de relations de travail à durée déterminée successifs, les États membres, après consultation des partenaires sociaux, conformément à la législation, aux conventions collectives et pratiques nationales, et/ou les partenaires sociaux, quand il n’existe pas des mesures légales équivalentes visant à prévenir les abus, introduisent d’une manière qui tienne compte des besoins de secteurs spécifiques et/ou de catégories de travailleurs, l’une ou plusieurs des mesures suivantes :

a)

des raisons objectives justifiant le renouvellement de tels contrats ou relations de travail ;

b)

la durée maximale totale de contrats ou relations de travail à durée déterminée successifs ;

c)

le nombre de renouvellements de tels contrats ou relations de travail.

2.

Les États membres, après consultation des partenaires sociaux et/ou les partenaires sociaux, lorsque c’est approprié, déterminent sous quelles conditions les contrats ou relations de travail à durée déterminée :

a)

sont considérés comme “successifs” ;

b)

sont réputés conclus pour une durée indéterminée. »

Le droit espagnol

12

L’article 15, paragraphe 1, du texto refundido de la Ley del Estatuto de los Trabajadores (texte refondu de la loi sur le statut des travailleurs), approuvé par le Real Decreto Legislativo 1/1995 (décret législatif royal 1/1995), du 24 mars 1995 (BOE no 75, du 29 mars 1995, p. 9654), dans sa version applicable à la date des faits au principal (ci-après le « statut des travailleurs »), énonce :

« Le contrat de travail peut être conclu pour une durée indéterminée ou pour une durée déterminée. Un contrat de travail à durée déterminée peut être conclu dans les cas suivants :

a)

lorsque le travailleur est engagé en vue de l’achèvement d’une tâche déterminée, autonome et détachable de l’ensemble de l’activité de l’entreprise, dont l’exécution, tout en étant limitée dans le temps, est en principe d’une durée incertaine. [...]

b)

lorsque les circonstances du marché, une accumulation de travail ou un excès de commandes l’exigent, même dans le cadre de l’activité normale de l’entreprise [...]

c)

en cas de remplacement de travailleurs ayant droit au maintien de leur poste de travail, à condition que le contrat de travail spécifie le nom du travailleur remplacé et le motif de remplacement. »

13

L’article 15, paragraphe 3, du statut des travailleurs prévoit que les contrats à durée déterminée conclus en violation de la loi sont réputés conclus pour une durée indéterminée.

14

Aux termes de l’article 15, paragraphe 6, de ce statut, les travailleurs temporaires et à durée déterminée jouissent des mêmes droits que les travailleurs à durée indéterminée, sans préjudice des particularités spécifiques à chacune des modalités contractuelles en matière de résiliation du contrat, et de celles expressément prévues par la loi en ce qui concerne les contrats de formation.

15

L’article 49, paragraphe 1, du statut des travailleurs prévoit :

« 1. Le contrat de travail prend fin :

[...]

b)

pour les motifs valablement indiqués dans le contrat, à moins que ceux-ci ne constituent un abus...

To continue reading

Request your trial
14 practice notes
  • Opinion of Advocate General Tanchev delivered on 18 March 2021.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 18 March 2021
    ...14 décembre 2004, Arnold André (C‑434/02, EU:C:2004:800, point 68). Voir également arrêt du 21 novembre 2018, de Diego Porras (C‑619/17, EU:C:2018:936, point 93 Arrêt du 17 avril 2018, Egenberger (C‑414/16, EU:C:2018:257, point 47). 94 Idem. C’est moi qui souligne. 95 Voir l’approche suivie......
  • Baldonedo Martín
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 October 2019
    ...7 Sentenza del 19 aprile 2016 (C‑441/14, EU:C:2016:278). 8 V., recentemente, sentenza del 21 novembre 2018, de Diego Porras (C‑619/17, EU:C:2018:936, punto 77 e giurisprudenza ivi 9 Sentenze del 22 novembre 2005, Mangold (C‑144/04, EU:C:2005:709, punti da 41 a 43), e del 23 aprile 2009, Ang......
  • Opinion of Advocate General Bobek delivered on 23 September 2021.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 23 September 2021
    ...y Montero Mateos (C‑677/16, EU:C:2018:393), a propósito de la sentencia de 21 de noviembre de 2018, Diego Porras (C‑619/17, EU:C:2018:936). 103 Por ejemplo, recientemente, sentencia de 18 de noviembre de 2020, Syndicat CFTC (C‑463/19, EU:C:2020:932), a propósito de la sentencia (pronunciada......
  • Almudena Baldonedo Martín v Ayuntamiento de Madrid.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 22 January 2020
    ...50 and 51; of 5 June 2018, Montero Mateos, C‑677/16, EU:C:2018:393, paragraphs 53 and 54, of 21 November 2018, de Diego Porras, C‑619/17, EU:C:2018:936, paragraphs 64 and 65, and the order of 12 June 2019, Aragón Carrasco and Others, C‑367/18, not published, EU:C:2019:487, paragraph 42 It i......
  • Request a trial to view additional results
13 cases
  • Opinion of Advocate General Tanchev delivered on 18 March 2021.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 18 March 2021
    ...14 décembre 2004, Arnold André (C‑434/02, EU:C:2004:800, point 68). Voir également arrêt du 21 novembre 2018, de Diego Porras (C‑619/17, EU:C:2018:936, point 93 Arrêt du 17 avril 2018, Egenberger (C‑414/16, EU:C:2018:257, point 47). 94 Idem. C’est moi qui souligne. 95 Voir l’approche suivie......
  • Baldonedo Martín
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 October 2019
    ...7 Sentenza del 19 aprile 2016 (C‑441/14, EU:C:2016:278). 8 V., recentemente, sentenza del 21 novembre 2018, de Diego Porras (C‑619/17, EU:C:2018:936, punto 77 e giurisprudenza ivi 9 Sentenze del 22 novembre 2005, Mangold (C‑144/04, EU:C:2005:709, punti da 41 a 43), e del 23 aprile 2009, Ang......
  • Opinion of Advocate General Bobek delivered on 23 September 2021.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 23 September 2021
    ...y Montero Mateos (C‑677/16, EU:C:2018:393), a propósito de la sentencia de 21 de noviembre de 2018, Diego Porras (C‑619/17, EU:C:2018:936). 103 Por ejemplo, recientemente, sentencia de 18 de noviembre de 2020, Syndicat CFTC (C‑463/19, EU:C:2020:932), a propósito de la sentencia (pronunciada......
  • Almudena Baldonedo Martín v Ayuntamiento de Madrid.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 22 January 2020
    ...50 and 51; of 5 June 2018, Montero Mateos, C‑677/16, EU:C:2018:393, paragraphs 53 and 54, of 21 November 2018, de Diego Porras, C‑619/17, EU:C:2018:936, paragraphs 64 and 65, and the order of 12 June 2019, Aragón Carrasco and Others, C‑367/18, not published, EU:C:2019:487, paragraph 42 It i......
  • Request a trial to view additional results
1 books & journal articles
  • Conflictos recientes entre el TJUE y los tribunales nacionales alrededor del principio de primacía
    • European Union
    • Revista Española de Derecho Europeo Nbr. 73-74, January 2020
    • 1 January 2020
    ...C-42/17. ECLI:EU:C:2017:936 Sentencia TJUE. (2018). Colino Sigüenza . C-472/16. ECLI:EU:C:2018:646 Sentencia TJUE. (2018). de Diego Porras. C-619/17. ECLI:EU:C:2018:936 Sentencia TJUE. (2018). Santoro . C-494/16. ECLI:EU:C:2018:166 Sentencia TJUE. (2019). TSN. C-609/17 y C-610/17. ECLI:EU:C......

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT