Heinz Huber v Bundesrepublik Deutschland.

JurisdictionEuropean Union
ECLIECLI:EU:C:2008:724
Docket NumberC-524/06
Celex Number62006CJ0524
CourtCourt of Justice (European Union)
Procedure TypeReference for a preliminary ruling
Date16 December 2008

Affaire C-524/06

Heinz Huber

contre

Bundesrepublik Deutschland

(demande de décision préjudicielle, introduite par

l'Oberverwaltungsgericht für das Land Nordrhein-Westfalen)

«Protection des données à caractère personnel — Citoyenneté européenne — Principe de non-discrimination en raison de la nationalité — Directive 95/46/CE — Notion de 'nécessité' — Traitement général de données à caractère personnel relatives à des citoyens de l'Union ressortissants d'un autre État membre — Registre central des étrangers»

Sommaire de l'arrêt

1. Rapprochement des législations — Protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel — Directive 95/46 — Champ d'application

(Directive du Parlement européen et du Conseil 95/46, art. 3, § 2)

2. Rapprochement des législations — Protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel — Directive 95/46

(Art. 12, § 1, CE; directive du Parlement européen et du Conseil 95/46, art. 7, e))

3. Droit communautaire — Principes — Égalité de traitement — Discrimination en raison de la nationalité — Système de traitement de données à caractère personnel

(Art. 12 CE)

1. L’article 3, paragraphe 2, de la directive 95/46, relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, exclut expressément du champ d’application de cette directive, entre autres, les traitements de données à caractère personnel ayant pour objet la sécurité publique, la défense, la sûreté de l’État et les activités de l’État relatives à des domaines du droit pénal. Il en résulte que, si le traitement de données à caractère personnel en vue de l’application de la réglementation sur le droit de séjour et à des fins statistiques relève du champ d’application de la directive 95/46, il n’en est pas de même s’agissant du traitement de telles données dans un objectif lié à la lutte contre la criminalité.

(cf. points 44-45)

2. Un système de traitement de données à caractère personnel relatives aux citoyens de l’Union non-ressortissants de l’État membre concerné mettant en place un registre central des étrangers et ayant pour objectif le soutien des autorités nationales en charge de l’application de la réglementation sur le droit de séjour ne répond à l’exigence de nécessité prévue à l’article 7, sous e), de la directive 95/46, relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, interprété à la lumière de l’interdiction de toute discrimination exercée en raison de la nationalité, que:

- s’il contient uniquement les données nécessaires à l’application par lesdites autorités de cette réglementation, et

- si son caractère centralisé permet une application plus efficace de cette réglementation en ce qui concerne le droit de séjour des citoyens de l’Union non-ressortissants de cet État membre.

Il appartient à la juridiction nationale de vérifier ces éléments.

En effet, eu égard à l’objectif de la directive 95/46 consistant à assurer un niveau de protection équivalent dans tous les États membres, la notion de nécessité telle qu’elle résulte de l’article 7, sous e), de cette directive ne saurait avoir un contenu variable en fonction des États membres. Ainsi, il s’agit d’une notion autonome du droit communautaire.

S’agissant de l’utilisation d’un registre central des étrangers aux fins de l’application de la réglementation sur le droit de séjour, il y a lieu de considérer qu’il est nécessaire pour un État membre, au sens de ladite disposition, de disposer des informations et des documents pertinents aux fins de vérifier, dans le cadre défini par la réglementation communautaire applicable, l’existence d’un droit de séjour sur son territoire dans le chef d’un ressortissant d’un autre État membre ainsi que l’absence de raisons justifiant une restriction à ce droit. Partant, l’utilisation d’un registre dans un but de soutien des autorités en charge de l’application de la réglementation sur le droit de séjour est, en principe, légitime et, vu sa nature, compatible avec l’interdiction de discrimination exercée en raison de la nationalité contenue à l’article 12, paragraphe 1, CE. Toutefois, un tel registre ne peut contenir d’autres informations que celles qui sont nécessaires à cette fin. À cet égard, en l’état actuel du droit communautaire, le traitement des données à caractère personnel résultant des documents mentionnés aux articles 8, paragraphe 3, et 27, paragraphe 1, de la directive 2004/38, relative au droit des citoyens de l’Union et des membres de leurs familles de circuler et de séjourner librement sur le territoire des États membres, modifiant le règlement nº 1612/68 et abrogeant les directives 64/221, 68/360, 72/194, 73/148, 75/34, 75/35, 90/364, 90/365 et 93/96, doit être considéré comme nécessaire, au sens de l’article 7, sous e), de la directive 95/46, à l’application de la réglementation sur le droit de séjour.

En ce qui concerne la nécessité de disposer d’un registre centralisé pour les besoins des autorités en charge de l’application de la réglementation sur le droit de séjour, il y a lieu de considérer que, même à supposer que des registres décentralisés tels que les registres communaux de la population contiennent toutes les données pertinentes pour permettre auxdites autorités d’exercer leur mission, une centralisation de ces données peut s’avérer nécessaire au sens de l’article 7, sous e), de la directive 95/46 si elle contribue à une application plus efficace de cette réglementation en ce qui concerne le droit de séjour des citoyens de l’Union souhaitant séjourner sur le territoire d’un État membre dont ils ne sont pas ressortissants.

En tout état de cause, ne sauraient être considérés comme nécessaires au sens de ladite disposition la conservation et le traitement de données à caractère personnel nominatives dans le cadre d’un tel registre à des fins statistiques. Si le droit communautaire n’a pas écarté la compétence des États membres en ce qui concerne l’adoption de mesures destinées à assurer la connaissance exacte, par les autorités nationales, des mouvements de population affectant leur territoire, l’exercice de cette compétence ne rend pas pour autant nécessaire la collecte et la conservation de données nominatives. En effet, un tel objectif ne nécessite que le traitement d’informations anonymes.

(cf. points 52, 58-59, 62-63, 65-68, disp. 1)

3. L’article 12, paragraphe 1, CE doit être interpreté en ce sens qu’il s’oppose à l’instauration par un État membre d’un système de traitement de données à caractère personnel spécifique aux citoyens de l’Union non-ressortissants de cet État membre dans l’objectif de lutter contre la criminalité.

En effet, le principe de non-discrimination, qu’il trouve son fondement dans l’article 12 CE ou dans l’article 43 CE, exige que des situations comparables ne soient pas traitées de manière différente et que des situations différentes ne soient pas traitées de manière égale. Un tel traitement ne pourrait être justifié que s’il se fondait sur des considérations objectives indépendantes de la nationalité des personnes concernées et proportionnées à l’objectif légitimement poursuivi.

S'il est vrai que l’objectif de lutte contre la criminalité présente un caractère légitime, il ne saurait être invoqué pour justifier le traitement systématique de données à caractère personnel limité à celles des seuls citoyens de l’Union non-ressortissants de l’État membre concerné. À cet égard, la lutte contre la criminalité vise nécessairement la poursuite des crimes et des délits commis, indépendamment de la nationalité de leurs auteurs. Partant, pour un État membre, la situation de ses ressortissants ne saurait être différente de celle des citoyens de l’Union non-ressortissants de cet État membre séjournant sur son territoire au regard de l’objectif de lutte contre la criminalité. Dès lors, la différence de traitement entre ces ressortissants et ces citoyens de l’Union induite par le traitement systématique des données à caractère personnel relatives aux seuls citoyens de l’Union non-ressortissants de l’État membre concerné dans un objectif de lutte contre la criminalité constitue une discrimination prohibée par l’article 12, paragraphe 1, CE.

(cf. points 75, 77-81, disp. 2)







ARRÊT DE LA COUR (grande chambre)

16 décembre 2008 (*)

«Protection des données à caractère personnel – Citoyenneté européenne – Principe de non-discrimination en raison de la nationalité – Directive 95/46/CE – Notion de ‘nécessité’ – Traitement général de données à caractère personnel relatives à des citoyens de l’Union ressortissants d’un autre État membre – Registre central des étrangers»

Dans l’affaire C‑524/06,

ayant pour objet une demande de décision préjudicielle au titre de l’article 234 CE, introduite par l’Oberverwaltungsgericht für das Land Nordrhein-Westfalen (Allemagne), par décision du 15 décembre 2006, parvenue à la Cour le 28 décembre 2006, dans la procédure

Heinz Huber

contre

Bundesrepublik Deutschland,


LA COUR (grande chambre),

composée de M. V. Skouris, président, MM. P. Jann, C. W. A. Timmermans et K. Lenaerts, présidents de chambre, MM. P. Kūris, G. Arestis, U. Lõhmus, E. Levits (rapporteur) et L. Bay Larsen, juges,

avocat général: M. M. Poiares Maduro,

greffier: M. B. Fülöp, administrateur,

vu la procédure écrite et à la suite de l’audience du 8 janvier 2008,

considérant les observations présentées:

– pour M. Huber, par Me A. Widmann, Rechtsanwalt,

– pour le gouvernement allemand, par M. M. Lumma et Mme C. Schulze-Bahr, en qualité d’agents, assistés de M. K. Hailbronner, professeur d’université,

– pour le gouvernement belge, par Mme L. Van den Broeck, en qualité d’agent,

– pour le gouvernement danois, par Mme B. Weis Fogh, en qualité d’agent,

– pour le gouvernement...

To continue reading

Request your trial
22 practice notes
  • The Queen, on the application of S.P.C.M. SA, C.H. Erbslöh KG, Lake Chemicals and Minerals Ltd and Hercules Inc. v Secretary of State for the Environment, Food and Rural Affairs.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 10 March 2009
    ...Atlantique et Lorraine and Others, cited in footnote 22, paragraph 47. 44 – See the Opinion of Advocate General Poiares Maduro in Case C‑524/06 Huber [2008] ECR I‑0000, point 7, and my Opinion in Case C‑540/03 Parliament v Council [2006] ECR I‑5769, point 107 with further references. 45 – S......
  • Opinion of Advocate General Campos Sánchez-Bordona delivered on 25 May 2023.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 25 May 2023
    ...rinvio alla giurisprudenza della Corte: in relazione alle disposizioni della direttiva 95/46, sentenze del 16 dicembre 2008, Huber (C‑524/06, EU:C:2008:724), punto 62; e del 30 maggio 2013, Worten (C‑342/12, EU:C:2013:355), punto 37; in relazione al RGPD, sentenza del 1° agosto 2022, Vyriau......
  • Gerardo Ruiz Zambrano v Office national de l’emploi (ONEm).
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 8 March 2011
    ...Case 44/79 [1979] ECR 3727, ECJ. Hoechst AG v EC Commission Joined cases 46/87 and 227/88 [1989] ECR 2859, ECJ. Huber v Germany Case C-524/06 [2009] All ER (EC) 239, [2008] ECR I-9705, Internationale Handelsgesellschaft mbH v Einfuhr und Vorratsstelle für Getreide und Futtermittel Case 11/7......
  • Shirley McCarthy v Secretary of State for the Home Department.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 25 November 2010
    ...39; and Case C-499/06 Nerkowska [2008] ECR I‑3993, paragraph 25. 41 – Case C-184/99 Grzelczyk [2001] ECR I‑6193, paragraph 31, and Case C-524/06 Huber [2008] ECR I‑9705, paragraph 69; similarly, Case C-300/04 Eman and Sevinger [2006] ECR I‑8055, in particular paragraphs 57, 58 and 61. See a......
  • Request a trial to view additional results
21 cases
  • Opinion of Advocate General Bobek delivered on 19 December 2018.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 19 December 2018
    ...9 Judgment of 13 May 2014, Google Spain and Google (C‑131/12, EU:C:2014:317, paragraph 53). 10 See also judgment of 16 December 2008, Huber (C‑524/06, EU:C:2008:724, paragraph 11 Thus, in contrast to the judgment of 25 January 2018, Schrems (C‑498/16, EU:C:2018:37), not involving any assign......
  • YS v Minister voor Immigratie, Integratie en Asiel and Minister voor Immigratie, Integratie en Asiel v M and S.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 17 July 2014
    ...in particular by his name, and must consequently be considered to be ‘personal data’ (see, to that effect, inter alia the judgment in Huber, C‑524/06, EU:C:2008:724, paragraphs 31 and 39 As regards, on the other hand, the legal analysis in a minute, it must be stated that, although it may c......
  • The Queen, on the application of Sean Ambrose McCarthy and Others v Secretary of State for the Home Department.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 20 May 2014
    ...jurisprudencia ha sido confirmada por numerosas sentencias posteriores del Tribunal de Justicia; véase, en particular, la sentencia Huber (C‑524/06, ( 46 ) Es el caso, por ejemplo, de los ciudadanos de la Unión cuyos padres tienen nacionalidades distintas pero que poseen únicamente la nacio......
  • Fashion ID GmbH & Co.KG contra Verbraucherzentrale NRW eV.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 29 July 2019
    ...de la Unión (sentencias de 6 de noviembre de 2003, Lindqvist, C‑101/01, EU:C:2003:596, apartado 95; de 16 de diciembre de 2008, Huber, C‑524/06, EU:C:2008:724, apartado 50, y de 24 de noviembre de 2011, Asociación Nacional de Establecimientos Financieros de Crédito, C‑468/10 y C‑469/10, EU:......
  • Request a trial to view additional results
1 books & journal articles
  • When EU Citizens become Foreigners
    • European Union
    • Wiley European Law Journal No. 20-4, July 2014
    • 1 July 2014
    ...30/77, R v. Bouchereau [1977] ECR1999.56 Ibid,Rutili, para 29; Case C-441/02, Commission v. Federal Republic of Germany [2006] ECR I-3449;Case C-524/06, Heinz Huber v. Bundesrepublik Deutschland [2008] ECR I-9705. See also Article 27(2)of Council Directive 2004/38.57 Rv. Bouchereau, para 43......

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT