Lagardère SCA and Canal+ SA v Commission of the European Communities.

JurisdictionEuropean Union
ECLIECLI:EU:T:2002:278
CourtGeneral Court (European Union)
Docket NumberT-251/00
Date20 November 2002
Celex Number62000TJ0251
Procedure TypeRecours en annulation - fondé
EUR-Lex - 62000A0251 - FR 62000A0251

Arrêt du Tribunal de première instance (troisième chambre élargie) du 20 novembre 2002. - Lagardère SCA et Canal+ SA contre Commission des Communautés européennes. - Concurrence - Règlement (CEE) nº 4064/89 - Modification d'une décision déclarant une concentration compatible avec le marché commun - Restrictions directement liées et nécessaires à la réalisation de la concentration ('Restrictions accessoires') - Recours en annulation - Recevabilité - Actes susceptibles de recours - Intérêt à agir - Sécurité juridique - Confiance légitime - Motivation. - Affaire T-251/00.

Recueil de jurisprudence 2002 page II-04825


Sommaire
Parties
Motifs de l'arrêt
Décisions sur les dépenses
Dispositif

Mots clés

1. Recours en annulation - Actes susceptibles de recours - Actes produisant des effets juridiques obligatoires - Acte modifiant la motivation d'un acte précédent - Appréciation en fonction de l'impact de la modification sur la substance décisionnelle de l'acte en cause

(Art. 230 CE)

2. Concurrence - Concentrations - Examen par la Commission - Décision d'approbation - Sécurité juridique - Motivation se prononçant sur le caractère accessoire et nécessaire de restrictions notifiées à la concurrence - Appréciation juridique déterminant la substance de la décision énoncée dans le dispositif

[Règlement du Conseil n° 4064/89, art. 6, § 1, sous b)]

3. Actes des institutions - Retrait rétroactif - Conditions - Illégalité de l'acte retiré - Respect du principe de protection de la confiance légitime - Charge de la preuve

4. Actes des institutions - Motivation - Obligation - Portée

(Art. 253 CE)

Sommaire

1. Constituent des actes susceptibles de faire l'objet d'un recours en annulation au titre de l'article 230 CE les mesures produisant des effets juridiques obligatoires de nature à affecter les intérêts du requérant, en modifiant de façon caractérisée la situation juridique de celui-ci. Pour déterminer si un acte produit de tels effets, il y a lieu de s'attacher à sa substance. Ainsi, une décision par laquelle la Commission modifie la seule motivation d'une décision antérieure peut faire l'objet d'un recours si cette modification change la substance de ce qui a été décidé dans le dispositif de la décision en cause et, ce faisant, modifie de façon caractérisée la situation juridique de son destinataire. En effet, s'il est constant que seul le dispositif d'un acte est susceptible de produire des effets juridiques obligatoires et, par conséquent, de faire grief, il n'en demeure pas moins que le contenu des motifs d'un acte doit être pris en compte pour déterminer ce qui a été arrêté dans le dispositif.

( voir points 63-68 )

2. En vertu de l'article 6, paragraphe 1, sous b), du règlement n° 4064/89, relatif au contrôle des opérations de concentrations entre entreprises, la décision par laquelle la concentration est déclarée compatible avec le marché commun couvre également les restrictions à la concurrence directement liées et nécessaires à sa réalisation.

Compte tenu de ses termes, du contexte législatif dans lequel elle s'insère ainsi que de sa genèse et de sa finalité, cette disposition doit être interprétée en ce sens que lorsque, dans les motifs de la décision d'approbation d'une opération de concentration, la Commission a qualifié les restrictions notifiées par les parties à cette opération de restrictions accessoires, de restrictions non accessoires ou de restrictions accessoires pour une durée limitée, elle n'a pas émis un simple avis sans force juridique contraignante mais a, au contraire, procédé à des appréciations juridiques qui déterminent la substance de ce qu'elle a décidé dans le dispositif de cette décision.

Si tel n'était pas le cas, les parties à une opération de concentration n'obtiendraient pas le bénéfice de la sécurité juridique pour l'ensemble de cette opération alors même que, lorsque les conditions prévues par ladite disposition sont effectivement remplies, cet ensemble est reconnu comme étant économiquement indissociable. Or, par l'insertion dans le règlement n° 4064/89 de l'article 6, paragraphe 1, le législateur communautaire a entendu instaurer un système décisionnel qui permet aux parties à une opération de concentration au sens de l'article 3 de ce règlement d'obtenir, en contrepartie du régime contraignant, institué par les articles 4 et 7 de ce règlement, de l'obligation de notification et de l'effet suspensif de cette obligation, la sécurité juridique non seulement en ce qui concerne l'opération de concentration, mais également en ce qui concerne les restrictions notifiées par les parties à cette opération comme étant directement liées et nécessaires à la réalisation de celle-ci.

Le fait d'obliger les parties à une opération de concentration, afin de bénéficier de la sécurité juridique concernant les restrictions qu'elles considèrent comme étant économiquement indissociables de cette opération, à procéder à la notification de ces restrictions en application d'autres dispositions, notamment, du règlement n° 17, parallèlement à la notification en vertu du règlement n° 4064/89, irait à l'encontre du principe de l'efficacité du contrôle des concentrations de dimension communautaire. D'ailleurs, dans l'introduction de sa communication relative aux restrictions accessoires, la Commission a elle-même souligné qu'il «n'y [aurait] pas de procédures parallèles de la Commission, l'une visant le contrôle de l'opération de concentration au titre du règlement [n° 4064/89] et l'autre l'application des articles [81 CE et 82 CE] aux restrictions accessoires à cette opération».

( voir points 101, 103-104, 109 )

3. L'organe compétent pour adopter un acte juridique déterminé est également compétent pour l'abroger ou le modifier par l'adoption d'un actus contrarius, à moins qu'une disposition expresse ne confère cette compétence à un autre organe.

À cet égard, si le retrait rétroactif d'un acte administratif légal ayant conféré des droits subjectifs ou des avantages similaires est contraire aux principes généraux du droit, le retrait rétroactif d'un acte administratif illégal doit en revanche être admis, mais à des conditions très strictes. Il n'est, en effet, admis que s'il intervient dans un délai raisonnable et s'il est suffisamment tenu compte de la confiance légitime du bénéficiaire de l'acte qui a pu se fier à la légalité de celui-ci.

Il appartient à l'institution dont émane l'acte retiré de prouver son illégalité et de démontrer que les autres conditions pour le retrait rétroactif d'un acte illégal sont satisfaites.

( voir points 130, 139-141 )

4. La portée de l'obligation de motivation dépend de la nature de l'acte en cause et du contexte dans lequel il a été adopté. La motivation doit faire apparaître de manière claire et non équivoque le raisonnement de l'institution, de façon, d'une part, à fournir aux intéressés une indication suffisante pour savoir si l'acte est fondé ou s'il est éventuellement entaché d'un vice permettant d'en contester la validité et, d'autre part, à permettre au juge communautaire d'exercer son contrôle de légalité.

( voir point 155 )

Parties

Dans l'affaire T-251/00,

Lagardère SCA, établie à Paris (France), représentée par Me A. Winckler, avocat, ayant élu domicile à Luxembourg,

Canal+ SA, établie à Paris, représentée par Mes J.-P. de La Laurencie et P.-M. Louis, avocats, ayant élu domicile à Luxembourg,

parties requérantes,

contre

Commission des Communautés européennes, représentée par MM. W. Wils et F. Lelièvre, en qualité d'agents, ayant élu domicile à Luxembourg,

partie défenderesse,

ayant pour objet une demande d'annulation de la décision de la Commission du 10 juillet 2000, portant modification de la décision de la Commission du 22 juin 2000, déclarant des opérations de concentration compatibles avec le marché commun et le fonctionnement de l'accord sur l'Espace économique européen (affaires COMP/JV40 - Canal+/Lagardère et COMP/JV47 - Canal+/Lagardère/Liberty Media),

LE TRIBUNAL DE PREMIÈRE INSTANCE

DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES (troisième chambre élargie),

composé de MM. M. Jaeger, président, R. García-Valdecasas, K. Lenaerts, Mme P. Lindh et M. J. Azizi, juges,

greffier: M. J. Palacio González, administrateur principal,

vu la procédure écrite et à la suite de l'audience du 9 juillet 2002,

rend le présent

Arrêt

Motifs de l'arrêt

Cadre juridique et factuel

1 L'article 6, paragraphe 1, du règlement (CEE) n° 4064/89 du Conseil, du 21 décembre 1989, relatif au contrôle des opérations de concentration entre entreprises [JO L 395, p. 1, tel que rectifié, JO 1990, L 257, p. 13, et tel que modifié par le règlement (CE) n° 1310/97 du Conseil, du 30 juin 1997, JO L 180, p. 1, ci-après le «règlement n° 4064/89»], prévoit:

«La Commission procède à l'examen de la notification dès sa réception.

[...]

b) Si elle constate que l'opération de concentration notifiée, bien que relevant du présent règlement, ne soulève pas de doutes sérieux quant à sa compatibilité avec le marché commun, elle décide de ne pas s'y opposer et la déclare compatible avec le marché commun.

La décision par laquelle la concentration est déclarée compatible couvre également les restrictions directement liées et nécessaires à la réalisation de la concentration.

[...]»

2 L'article 3, paragraphe 1, du règlement (CE) n° 447/98 de la Commission, du 1er mars 1998, relatif aux notifications, aux délais et aux auditions prévus par le règlement n° 4064/89 (JO L 61, p. 1), adopté notamment sur la base de l'article 23, premier alinéa, du règlement n° 4064/89, prévoit que les «notifications [des opérations de concentration] contiennent les informations et documents demandés dans le formulaire CO», dont le modèle figure à l'annexe du règlement n° 447/98. Au point 11.1 du formulaire CO, il est indiqué que «[s]i les parties à la concentration ou d'autres parties intéressées [...] acceptent des restrictions accessoires qui sont directement...

To continue reading

Request your trial
9 practice notes
  • Royal Philips Electronics NV v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 3 April 2003
    ...of Article 81(1) and (3) EC (which, in reference to Article 83 EC, constitutes one of the legal bases for Regulation No 4064/89, see Case T-251/00 Lagardère v Commission [2002] ECR I-4825, paragraph 85). However, in the present case, it must be observed, first, that the last subparagraph of......
  • Internationaler Hilfsfonds eV v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 28 March 2007
    ...and before those proceedings were brought must also be regarded as irrecoverable costs (see the order of the Court of First Instance in Case T-251/00 DEP Lagardère and Canal+ v Commission [2004] ECR II‑4217, paragraph 22). The same applies to the holding of meetings with the respective auth......
  • Forum 187 asbl v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 2 June 2003
    ...or, at least, the legal certainty of the applicant's members is less than before the initiation of the formal examination procedure (Case T-251/00 Lagardère and Canal + Commission [2002] ECR II-0000, paragraph 111). Accordingly, the contested decision produces legal effects and is therefore......
  • Akzo Nobel Chemicals Ltd and Akcros Chemicals Ltd v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 17 September 2007
    ...ECR 777, paragraph 32). To determine whether an act or decision produces such legal effects, it is necessary to look to its substance (Case T-251/00 Lagardère and Canal+ v Commission [2002] ECR II-4825, paragraphs 63 and 64). In the present case, however, the decision ordering the investiga......
  • Request a trial to view additional results
8 cases
  • Internationaler Hilfsfonds eV v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 28 March 2007
    ...and before those proceedings were brought must also be regarded as irrecoverable costs (see the order of the Court of First Instance in Case T-251/00 DEP Lagardère and Canal+ v Commission [2004] ECR II‑4217, paragraph 22). The same applies to the holding of meetings with the respective auth......
  • Royal Philips Electronics NV v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 3 April 2003
    ...of Article 81(1) and (3) EC (which, in reference to Article 83 EC, constitutes one of the legal bases for Regulation No 4064/89, see Case T-251/00 Lagardère v Commission [2002] ECR I-4825, paragraph 85). However, in the present case, it must be observed, first, that the last subparagraph of......
  • Forum 187 asbl v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 2 June 2003
    ...or, at least, the legal certainty of the applicant's members is less than before the initiation of the formal examination procedure (Case T-251/00 Lagardère and Canal + Commission [2002] ECR II-0000, paragraph 111). Accordingly, the contested decision produces legal effects and is therefore......
  • Akzo Nobel Chemicals Ltd and Akcros Chemicals Ltd v Commission of the European Communities.
    • European Union
    • General Court (European Union)
    • 17 September 2007
    ...ECR 777, paragraph 32). To determine whether an act or decision produces such legal effects, it is necessary to look to its substance (Case T-251/00 Lagardère and Canal+ v Commission [2002] ECR II-4825, paragraphs 63 and 64). In the present case, however, the decision ordering the investiga......
  • Request a trial to view additional results
1 books & journal articles
  • The European Emissions Trading Scheme Case Law
    • European Union
    • Wiley Review of European, Comparative & International Environmental Law No. 18-2, July 2009
    • 1 July 2009
    ...the incompatibility with criterion10 of Annex III, the Court applied a four-part analysis (previouslyapplied in CFI 20 November 2002, Case T-251/00, Lagardere andCanal+v. Commission, [2002] ECR II 4825) consisting of a literalinterpretation; a historical interpretation; a contextual interpr......

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT