Régie nationale des usines Renault SA v Maxicar SpA and Orazio Formento.

JurisdictionEuropean Union
Celex Number61998CJ0038
ECLIECLI:EU:C:2000:225
Date11 May 2000
CourtCourt of Justice (European Union)
Procedure TypeReference for a preliminary ruling
Docket NumberC-38/98
EUR-Lex - 61998J0038 - FR 61998J0038

Arrêt de la Cour (cinquième chambre) du 11 mai 2000. - Régie nationale des usines Renault SA contre Maxicar SpA et Orazio Formento. - Demande de décision préjudicielle: Corte d'appello di Torino - Italie. - Convention de Bruxelles - Exécution des décisions - Droits de propriété intellectuelle relatifs à des éléments de carrosserie de véhicules automobiles - Ordre public. - Affaire C-38/98.

Recueil de jurisprudence 2000 page I-02973


Sommaire
Parties
Motifs de l'arrêt
Décisions sur les dépenses
Dispositif

Mots clés

1 Convention concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions - Protocole concernant l'interprétation de la convention par la Cour de justice - Juridictions nationales habilitées à saisir la Cour à titre préjudiciel - Juridictions statuant «en appel» - Notion - Italie - Corte d'appello saisie du recours contre la décision rejetant la requête en exequatur - Inclusion

(Convention du 27 septembre 1968, art. 40, al. 1; protocole du 3 juin 1971, art. 2, point 2)

2 Convention concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions - Reconnaissance et exécution des décisions - Motifs de refus - Violation de l'ordre public de l'État requis - Appréciation par le juge requis - Limites - Contrôle par la Cour

(Convention du 27 septembre 1968, art. 27, point 1)

3 Convention concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions - Reconnaissance et exécution des décisions - Motifs de refus - Violation de l'ordre public de l'État requis - Notion

(Convention du 27 septembre 1968, art. 27, point 1)

4 Convention concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions - Reconnaissance et exécution des décisions - Motifs de refus - Méconnaissance par le juge d'origine du droit national ou du droit communautaire - Exclusion

(Traité CE, art. 177 (devenu art. 234 CE); convention du 27 septembre 1968, art. 27, 29 et 34, al. 3)

5 Convention concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions - Reconnaissance et exécution des décisions - Motifs de refus - Violation de l'ordre public de l'État requis - Existence dans l'État d'origine de droits de propriété intellectuelle relatifs à des éléments de carrosserie de véhicules automobiles - Exclusion

(Convention du 27 septembre 1968, art. 27, point 1)

Sommaire

1 La Corte d'appello, saisie du recours contre la décision rejetant la requête en exequatur, en application de l'article 40, premier alinéa, de la convention du 27 septembre 1968 concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale, doit être considérée comme une juridiction statuant en appel et, par conséquent, comme étant habilitée, en vertu de l'article 2, point 2, du protocole du 3 juin 1971 relatif à l'interprétation par la Cour de la convention, à demander à la Cour de statuer à titre préjudiciel sur une question d'interprétation de la convention.

En effet, s'il est vrai qu'en Italie les deux phases de la procédure d'exequatur prévue par les articles 31 et suivants de la convention se déroulent devant la Corte d'appello, cette identité apparente, qui résulte du choix de la République italienne, ne saurait occulter le fait que la procédure introduite au titre de l'article 32, premier alinéa, concernant la présentation de la requête en apposition de la formule exécutoire, diffère de celle engagée en vertu de l'article 40, premier alinéa. Dans le premier cas, la Corte d'appello statue, conformément à l'article 34, premier alinéa, sans que la partie contre laquelle l'exécution est demandée puisse, en cet état de la procédure, présenter d'observation. Dans le second cas, en revanche, la partie contre laquelle l'exécution est demandée doit être appelée, conformément à l'article 40, second alinéa, à comparaître devant la Corte d'appello.

(voir points 21-23)

2 Si les États contractants restent, en principe, libres de déterminer, en vertu de la réserve inscrite à l'article 27, point 1, de la convention du 27 septembre 1968 concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale, conformément à leurs conceptions nationales, les exigences de leur ordre public, les limites de cette notion relèvent de l'interprétation de la convention. Dès lors, s'il n'appartient pas à la Cour de définir le contenu de l'ordre public d'un État contractant, il lui incombe néanmoins de contrôler les limites dans le cadre desquelles le juge d'un État contractant peut avoir recours à cette notion pour ne pas reconnaître une décision émanant d'une juridiction d'un autre État contractant.

(voir points 27-28)

3 Un recours à la clause de l'ordre public, figurant à l'article 27, point 1, de la convention du 27 septembre 1968 concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale, n'est concevable que dans l'hypothèse où la reconnaissance ou l'exécution de la décision rendue dans un autre État contractant heurterait de manière inacceptable l'ordre juridique de l'État requis, en tant qu'elle porterait atteinte à un principe fondamental. Afin de respecter la prohibition de la révision au fond de la décision étrangère, l'atteinte devrait constituer une violation manifeste d'une règle de droit considérée comme essentielle dans l'ordre juridique de l'État requis ou d'un droit reconnu comme fondamental dans cet ordre juridique.

(voir point 30)

4 Le juge de l'État requis ne saurait, sous peine de remettre en cause la finalité de la convention du 27 septembre 1968 concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale, refuser la reconnaissance d'une décision émanant d'un autre État contractant au seul motif qu'il estime que, dans cette décision, le droit national ou le droit communautaire a été mal appliqué. Il importe, au contraire, de considérer que, dans de tels cas, le système des voies de recours mis en place dans chaque État contractant, complété par le mécanisme du renvoi préjudiciel prévu à l'article 177 du traité (devenu article 234 CE), fournit aux justiciables une garantie suffisante.

(voir point 33)

5 L'article 27, point 1, de la convention du 27 septembre 1968 concernant la compétence judiciaire et l'exécution des décisions en matière civile et commerciale doit être interprété en ce sens que ne peut être considérée comme contraire à l'ordre public une décision rendue par un juge d'un État contractant qui reconnaît l'existence d'un droit de propriété intellectuelle sur des éléments de carrosserie de véhicules automobiles et qui confère au titulaire de ce droit une protection lui permettant...

To continue reading

Request your trial
18 practice notes
  • Diageo Brands BV v Simiramida-04 EOOD.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 3 March 2015
    ...que ordonnance Canon (C‑449/09, EU:C:2010:651, points 19 et 26). ( 13 ) Arrêts Krombach (C‑7/98, EU:C:2000:164, points 22 et 23); Renault (C‑38/98, EU:C:2000:225, points 27 et 28); Apostolides (EU:C:2009:271, points 56 et 57), et flyLAL-Lithuanian Airlines (C‑302/13, EU:C:2014:2319, point 4......
  • Cartel Damage Claims (CDC) Hydrogen Peroxide SA v Evonik Degussa GmbH and Others.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 11 December 2014
    ...this Opinion. ( 131 ) See, inter alia, recitals 16 and 17 in the preamble to the Brussels I Regulation. ( 132 ) In the judgment in Renault (C‑38/98, EU:C:2000:225, paragraph 29 et seq.), the Court held that, ‘without undermining the aim of the Convention’, ‘the possibility that the court of......
  • flyLAL-Lithuanian Airlines AS v Starptautiskā lidosta Rīga VAS and Air Baltic Corporation AS.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 3 July 2014
    ...sentido, las sentencias Solo Kleinmotoren (C‑414/92, EU:C:1994:221), apartado 20; Krombach (C‑7/98, EU:C:2000:164), apartado 21; Renault (C‑38/98, EU:C:2000:225), apartado 26; Apostolides (EU:C:2009:271), apartado 55; Prism Investments (C‑139/10, EU:C:2011:653), apartado 33; Trade Agency (C......
  • Conclusiones del Abogado General Sr. M. Szpunar, presentadas el 8 de febrero de 2024.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 8 February 2024
    ...dirección: http://ec.europa.eu/civiljustice/news/docs/study_application_brussels_1_en.pdf. 47 Véase la sentencia de 11 de mayo de 2000 (C‑38/98; en lo sucesivo «sentencia Renault», EU:C:2000:225), apartado 48 Véase la sentencia Renault, apartado 32. 49 Véanse las conclusiones del Abogado Ge......
  • Request a trial to view additional results
4 cases
  • Charles Taylor Adjusting Limited and FD v Starlight Shipping Company and Overseas Marine Enterprises INC.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 7 September 2023
    ...jurídica esencial en el ordenamiento jurídico de la Unión y, por tanto, de ese Estado miembro (sentencias de 11 de mayo de 2000, Renault, C‑38/98, EU:C:2000:225, apartado 32, y de 16 de julio de 2015, Diageo Brands, C‑681/13, EU:C:2015:471, apartados 48 y 37 En el caso de autos, la sentenci......
  • Conclusiones del Abogado General Sr. M. Bobek, presentadas el 29 de julio de 2019.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 29 July 2019
    ...apartado 11, y de 10 de julio de 1986, Carron (198/85, EU:C:1986:313), apartado 8. 26 Véase la sentencia de 11 de mayo de 2000, Renault (C‑38/98, EU:C:2000:225), apartado 21 y jurisprudencia 27 Véanse, en relación con los procedimientos administrativos seguidos en aplicación del Derecho de ......
  • Apostolides v Orams [Court of Justice of the European Communities (Grand Chamber)]
    • European Union
    • Court of Justice of the European Union
    • 2 January 2010
    ...of Bamberski v. KrombachECAS (Case C-7/98) [2001] QB 709, paras. 19–21 (see also Régie Nationale des Usines Renault SA v. Maxicar SpAECAS (Case C-38/98) [2000] ECR I-2973, para. 26) the court held that article 27 of the Brussels Convention—the predecessor to article 34 of Regulation No 44/2......
  • Conclusiones del Abogado General Sr. M. Szpunar, presentadas el 8 de julio de 2021.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 8 July 2021
    ...Versicherung e.a. (C‑456/11, EU:C:2012:719, point 37). 27 Voir également, par voie d’analogie, arrêt du 11 mai 2000, Renault (C‑38/98, EU:C:2000:225, point 28 Voir Bonomi, A., op. cit., p. 214. 29 Proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil relatif à la compétence, la loi a......
1 books & journal articles
  • Jurisprudencia
    • European Union
    • Cooperación Judicial Civil en la Unión Europea. El cobro de las deudas Decision
    • 28 October 2007
    ...de noviembre de 2000 en el asunto C-381/98, Igmar c. Eaton Leonard Technologies Inc. - Sentencia del TJCE de 11 de mayo de 2000 en el asunto C-38/98, Renault. Page - Sentencia del TJCE de 28 de marzo de 2000 en el asunto C-7/98, Krombach. - Sentencia del TJCE de 23 de noviembre de 1999 en l......

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT