Überseering BV v Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (NCC).

JurisdictionEuropean Union
ECLIECLI:EU:C:2002:632
Docket NumberC-208/00
Celex Number62000CJ0208
CourtCourt of Justice (European Union)
Procedure TypeReference for a preliminary ruling
Date05 November 2002
EUR-Lex - 62000J0208 - FR 62000J0208

Arrêt de la Cour du 5 novembre 2002. - Überseering BV contre Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (NCC). - Demande de décision préjudicielle: Bundesgerichtshof - Allemagne. - Articles 43 CE et 48 CE - Société constituée conformément à la législation d'un État membre et y ayant son siège statutaire - Société exerçant sa liberté d'établissement dans un autre État membre - Société réputée avoir transféré son siège effectif sur le territoire de l'État membre d'accueil selon le droit de cet État - Non-reconnaissance par l'État membre d'accueil de la capacité juridique et de la capacité d'ester en justice de la société - Restriction à la liberté d'établissement - Justification. - Affaire C-208/00.

Recueil de jurisprudence 2002 page I-09919


Sommaire
Parties
Motifs de l'arrêt
Décisions sur les dépenses
Dispositif

Mots clés

1. Traité CE - Article 293, troisième tiret, CE - Objectif - Adoption de conventions destinées à faciliter la réalisation de la liberté d'établissement des sociétés - Adoption ne conditionnant pas l'exercice de cette liberté

(Art. 44 CE et 293, troisième tiret, CE)

2. Libre circulation des personnes - Liberté d'établissement - Société constituée conformément à la législation d'un État membre et y ayant son siège statutaire - Société réputée, selon le droit d'un autre État membre, avoir transféré son siège effectif dans cet État - Non-reconnaissance par l'État membre d'accueil de la capacité juridique - Restriction de la liberté d'établissement - Justification - Absence

(Art. 43 CE et 48 CE)

3. Libre circulation des personnes - Liberté d'établissement - Société constituée conformément à la législation d'un État membre et y ayant son siège statutaire - Société exerçant sa liberté d'établissement dans un autre État membre - Obligation pour l'État membre d'accueil de respecter la capacité juridique de la société

(Art. 43 CE et 48 CE)

Sommaire

1. L'article 293 CE ne constitue pas une réserve de compétence législative entre les mains des États membres. Si cette disposition invite les États membres à engager des négociations afin, notamment, de faciliter la solution des problèmes résultant de la disparité des législations relatives à la reconnaissance mutuelle des sociétés et au maintien de leur personnalité juridique en cas de transfert transfrontalier de leur siège, c'est uniquement «en tant que de besoin», c'est-à-dire dans l'hypothèse où les dispositions du traité ne permettent pas de réaliser les objectifs du traité. Plus particulièrement, si les conventions dont l'article 293 CE encourage la conclusion peuvent, à l'instar des directives d'harmonisation prévues à l'article 44 CE, faciliter la réalisation de la liberté d'établissement, l'exercice de cette liberté ne peut toutefois être conditionné par l'adoption de telles conventions.

( voir points 54-55 )

2. Le refus, par un État membre, de reconnaître la capacité juridique d'une société constituée conformément au droit d'un autre État membre dans lequel elle a son siège statutaire au motif, notamment, que la société aurait transféré son siège effectif sur son territoire à la suite de l'acquisition de la totalité des parts sociales par des ressortissants de cet État membre qui y résident, avec pour conséquence que la société ne peut, dans l'État membre d'accueil, ester en justice pour défendre ses droits tirés d'un contrat, sauf à se reconstituer selon le droit de cet État, constitue une restriction à la liberté d'établissement incompatible, en principe, avec les articles 43 CE et 48 CE.

S'il ne saurait être exclu, à cet égard, que des raisons impérieuses d'intérêt général telles que la protection des intérêts des créanciers, des associés minoritaires, des salariés ou encore du fisc puissent, dans certaines circonstances et en respectant certaines conditions, justifier des restrictions à la liberté d'établissement, pareils objectifs ne peuvent toutefois justifier que soient déniées la capacité juridique et, partant, la capacité d'ester en justice à une société régulièrement constituée dans un autre État membre où elle a son siège statutaire. En effet, une telle mesure équivaut à la négation même de la liberté d'établissement reconnue aux sociétés par les articles 43 CE et 48 CE, de sorte que ces dispositions s'y opposent.

( voir points 82, 92-94, disp. 1 )

3. Lorsqu'une société constituée conformément à la législation d'un État membre sur le territoire duquel elle a son siège statutaire exerce sa liberté d'établissement dans un autre État membre, les articles 43 CE et 48 CE imposent à ce dernier de respecter la capacité juridique et, partant, la capacité d'ester en justice que cette société possède en vertu du droit de son État de constitution.

( voir point 95, disp. 2 )

Parties

Dans l'affaire C-208/00,

ayant pour objet une demande adressée à la Cour, en application de l'article 234 CE, par le Bundesgerichtshof (Allemagne) et tendant à obtenir, dans le litige pendant devant cette juridiction entre

Überseering BV

et

Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (NCC),

une décision à titre préjudiciel sur l'interprétation des articles 43 CE et 48 CE,

LA COUR,

composée de M. G. C. Rodríguez Iglesias, président, MM. J.-P. Puissochet, M. Wathelet (rapporteur) et R. Schintgen, présidents de chambre, MM. C. Gulmann, D. A. O. Edward, A. La Pergola, P. Jann et V. Skouris, Mmes F. Macken et N. Colneric, MM. S. von Bahr et J. N. Cunha Rodrigues, juges,

avocat général: M. D. Ruiz-Jarabo Colomer,

greffier: M. H. A. Rühl, administrateur principal,

considérant les observations écrites présentées:

- pour Überseering BV, par Me W. H. Wagenführ, Rechtsanwalt,

- pour Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (NCC), par Me F. Kösters, Rechtsanwalt,

- pour le gouvernement allemand, par M. A. Dittrich et Mme B. Muttelsee-Schön, en qualité d'agents,

- pour le gouvernement espagnol, par Mme M. López-Monís Gallego, en qualité d'agent,

- pour le gouvernement italien, par M. U. Leanza, en qualité d'agent, assisté de Mme F. Quadri, avvocato dello Stato,

- pour le gouvernement du Royaume-Uni, par Mme R. Magrill, en qualité d'agent, assistée de Mme J. Stratford, barrister,

- pour la Commission des Communautés européennes, par Mmes M. Patakia et C. Schmidt, en qualité d'agents,

- pour l'Autorité de surveillance AELE, par MM. P. Dyrberg et J. F. Jónsson ainsi que par Mme E. Wright, en qualité d'agents,

vu le rapport d'audience,

ayant entendu les observations orales d'Überseering BV, représentée par Me W. H. Wagenführ, de Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (NCC), représentée par Me F. Kösters, du gouvernement allemand, représenté par M. A. Dittrich, du gouvernement espagnol, représenté par Mme N. Díaz Abad, en qualité d'agent, du gouvernement néerlandais, représenté par Mme H. G. Sevenster, en qualité d'agent, du gouvernement du Royaume-Uni, représenté par Mme R. Magrill, assistée de Mme J. Stratford, de la Commission, représentée par Mme C. Schmidt, et de l'Autorité de surveillance AELE, représentée par M. P. Dyrberg, à l'audience du 16 octobre 2001,

ayant entendu l'avocat général en ses conclusions à l'audience du 4 décembre 2001,

rend le présent

Arrêt

Motifs de l'arrêt

1 Par ordonnance du 30 mars 2000, parvenue au greffe de la Cour le 25 mai suivant, le Bundesgerichtshof a posé, en application de l'article 234 CE, deux questions préjudicielles relatives à l'interprétation des articles 43 CE et 48 CE.

2 Ces questions ont été soulevées dans le cadre d'un litige opposant Überseering BV (ci-après «Überseering»), société de droit néerlandais, immatriculée le 22 août 1990 au registre du commerce d'Amsterdam et Haarlem, à Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (ci-après «NCC»), société établie en Allemagne, à propos de la réparation de vices dans l'exécution en Allemagne de travaux confiés par Überseering à NCC.

Le droit national

3 La Zivilprozessordnung (code de procédure civile allemand) prévoit que le recours d'une partie qui ne possède pas la capacité d'ester en justice doit être rejeté comme irrecevable. Conformément à son article 50, paragraphe 1, jouit de la capacité d'ester en justice toute personne, y compris les sociétés, qui a la capacité juridique, définie comme la capacité d'être titulaire de droits et d'obligations.

4 Selon la jurisprudence constante du Bundesgerichtshof, approuvée par la doctrine allemande dominante, la capacité juridique d'une société s'apprécie conformément au droit applicable à l'endroit où est établi son siège effectif («Sitztheorie» ou théorie du siège), par opposition à la «Gründungstheorie» ou théorie de la constitution, selon laquelle la capacité juridique est déterminée conformément au droit de l'État dans lequel la société a été constituée. Cette règle s'applique également lorsqu'une société a été légalement constituée dans un autre État et que son siège effectif est ensuite transféré en Allemagne.

5 Dans la mesure où la capacité juridique d'une telle société s'apprécie au regard du droit allemand, elle ne peut être ni titulaire de droits et d'obligations ni partie à une procédure judiciaire, à moins de se reconstituer en Allemagne de manière à acquérir la capacité juridique au regard du droit allemand.

Le litige au principal

6 En octobre 1990, Überseering a acquis un terrain situé à Düsseldorf (Allemagne), qu'elle a utilisé à des fins professionnelles. Par contrat de maîtrise d'oeuvre en date du 27 novembre 1992, Überseering a confié à NCC la rénovation d'un garage et d'un motel construits sur ce terrain. Les prestations ont été exécutées, mais Überseering a fait valoir l'existence de vices dans l'exécution des travaux de peinture.

7 En décembre 1994, deux ressortissants allemands résidant à Düsseldorf se sont portés acquéreurs de la totalité des parts sociales d'Überseering.

8 Après avoir vainement demandé à NCC réparation des vices constatés dans l'exécution des travaux, Überseering a, en 1996, sur le...

To continue reading

Request your trial
38 practice notes
  • Margaretha Bouanich v Skatteverket.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 14 de julho de 2005
    ...Rec. p. I-3099, point 22), que les deux libertés fondamentales s’appliquaient. En revanche, l’arrêt du 5 novembre 2002, Überseering (C-208/00, Rec. p. I-9919, point 77), peut être interprété en ce sens qu’il existe un rapport de spécialité entre ces deux libertés fondamentales. Dans d’autre......
  • Idryma Typou AE v Ypourgos Typou kai Meson Mazikis Enimerosis.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 2 de junho de 2010
    ...commerciale. L’idée de la protection de l’identité a été posée dans la jurisprudence de la Cour (arrêt du 5 novembre 2002, Überseering, C-208/00, Rec. p. I-9915, points 80 et suiv.). 64 – Voir sur ce point Forsthoff, U., cité à la note 62, points 73 et 74, p. 544 et suiv. Habersack, M., cit......
  • Cadbury Schweppes plc and Cadbury Schweppes Overseas Ltd v Commissioners of Inland Revenue.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 2 de maio de 2006
    ...(C‑36/02, Rec. p. I‑9609, point 26). 20 – Arrêts du 21 juin 1974, Reyners (2/74, Rec. p. 631, point 25), et du 5 novembre 2002, Überseering (C‑208/00, Rec. p. I‑9919, point 60). 21 – Voir, en ce sens, arrêts Reyners, précité (point 21), et du 30 novembre 1995, Gebhard (C‑55/94, Rec. p. I‑41......
  • Unión de Televisiones Comerciales Asociadas (UTECA) v Administración General del Estado.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 4 de setembro de 2008
    ...d’en déterminer les activités»; voir arrêts du 13 avril 2000, Baars (C-251/98, Rec. p. I-2787, point 22); du 5 novembre 2002, Überseering (C-208/00, Rec. p. I-9919, point 77); Oy AA (précité à la note 57, point 20), et du 6 décembre 2007, Columbus Container Services (C‑298/05, Rec. p. I‑104......
  • Request a trial to view additional results
20 cases
  • Margaretha Bouanich v Skatteverket.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 14 de julho de 2005
    ...Rec. p. I-3099, point 22), que les deux libertés fondamentales s’appliquaient. En revanche, l’arrêt du 5 novembre 2002, Überseering (C-208/00, Rec. p. I-9919, point 77), peut être interprété en ce sens qu’il existe un rapport de spécialité entre ces deux libertés fondamentales. Dans d’autre......
  • Idryma Typou AE v Ypourgos Typou kai Meson Mazikis Enimerosis.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 2 de junho de 2010
    ...commerciale. L’idée de la protection de l’identité a été posée dans la jurisprudence de la Cour (arrêt du 5 novembre 2002, Überseering, C-208/00, Rec. p. I-9915, points 80 et suiv.). 64 – Voir sur ce point Forsthoff, U., cité à la note 62, points 73 et 74, p. 544 et suiv. Habersack, M., cit......
  • Cadbury Schweppes plc and Cadbury Schweppes Overseas Ltd v Commissioners of Inland Revenue.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 2 de maio de 2006
    ...(C‑36/02, Rec. p. I‑9609, point 26). 20 – Arrêts du 21 juin 1974, Reyners (2/74, Rec. p. 631, point 25), et du 5 novembre 2002, Überseering (C‑208/00, Rec. p. I‑9919, point 60). 21 – Voir, en ce sens, arrêts Reyners, précité (point 21), et du 30 novembre 1995, Gebhard (C‑55/94, Rec. p. I‑41......
  • Unión de Televisiones Comerciales Asociadas (UTECA) v Administración General del Estado.
    • European Union
    • Court of Justice (European Union)
    • 4 de setembro de 2008
    ...d’en déterminer les activités»; voir arrêts du 13 avril 2000, Baars (C-251/98, Rec. p. I-2787, point 22); du 5 novembre 2002, Überseering (C-208/00, Rec. p. I-9919, point 77); Oy AA (précité à la note 57, point 20), et du 6 décembre 2007, Columbus Container Services (C‑298/05, Rec. p. I‑104......
  • Request a trial to view additional results
15 books & journal articles
  • Reconocimiento mutuo, competencia entre regulaciones y dumping social en la Unión Europea
    • European Union
    • El reconocimiento mutuo en el derecho Español y Europeo Parte I. Reconocimiento mutuo, mercado y administración
    • 5 de maio de 2018
    ...52 SSTJUE de 9 de marzo de 1999, as. C-212/97, Centros , ECLI:EU:C:1999:126; de 5 de noviembre de 2002, as. C-208/2000, Überseering, ECLI:EU:C:2002:632, y de 13 de diciembre de 2005, as. C-411/2003, SEVIC Systems AG , ECLI:EU:C:2005:762. 53 Para un comentario sobre la sentencia Centros desd......
  • Brexit y Gibraltar: Establecimiento, reestructuración e insolvencia de sociedades
    • European Union
    • El Brexit en la cooperación transfronteriza entre Gibraltar, Campo de Gibraltar y Andalucía Parte III. Sociedades y cooperación judicial con Gibraltar tras el Brexit. El acuerdo España-Reino Unido en materia fiscal
    • 19 de julho de 2023
    ...condición de sociedad del Estado miembro con arreglo a cuya legislación fue constituida. En su Sentencia de 5 de noviembre de 2002, asunto C-208/00, Überseering 17 , el TJCE defendió el derecho de una sociedad (Überseering BV) constituida conforme al Derecho holandés a trasladar su sede de ......
  • El reconocimiento mutuo y el derecho primario del mercado interior
    • European Union
    • El reconocimiento mutuo en el derecho Español y Europeo Parte I. Reconocimiento mutuo, mercado y administración
    • 5 de maio de 2018
    ...de 1999, as. C-212/97, Centros Ltd. c. Erhvervs- og Selskabsstyrelsen , EU:C:1999:126, apdo. 21. 97 STJUE de 5 de noviembre de 2002, as. C-208/00, Überseering VB c. Nordic Construction Company Baumanagement GmbH (NCC) , EU:C:2002:632, apdos. 59-60. 98 Ibid., apdos. 82 y 95. El asunto de fon......
  • Contenido esencial y abuso de las libertades comunitarias
    • European Union
    • Las cláusulas anti-abuso específicas tributarias frente a las libertades de circulación de la Unión Europea
    • 7 de novembro de 2010
    ...de medidas para la prevención del fraude fiscal (BOE núm. 286, de 30 de noviembre). [274] STJUE de 5 de noviembre de 2002, Überseering (C-208/00, Rec. p. I-9919), aps. 74 y 75, precisamente en respuesta a una alegación del Gobierno español que venía siendo defendida por una parte importante......
  • Request a trial to view additional results

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT